Moyen-Orient : le Conseil de sécurité réaffirme son soutien à la création d’un Etat palestinen

Le Conseil de sécurité a examiné ce matin la situation au Moyen-Orient. Les quinze ont entendu successivement Lynn Pascoe, le Secrétaire général adjoint aux affaires politiques, le Représentant permanent d'Israël, ainsi que l'Observateur de la Palestine. Les Etats Membres du Conseil ont également pris la parole ainsi qu'une demi-douzaine d'autres qui en avait fait la demande.

Conseil de sécurité

Conseil de sécurité

De ce débat il ressort que le blocage du processus de paix entre Israéliens
et Palestiniens depuis sept mois est peu propice à la création d’un Etat
palestinien. Celle-ci est censée intervenir en septembre prochain.

Lynn Pascoe a dressé une liste des graves d’incidents survenus ces
dernières semaines. Il s’agit de plusieurs frappes aériennes réalisées par
Tsahal à Gaza qui ont tué dix-neuf militants palestiniens et quinze civils.
Ainsi, durant la période considérée, l’armée de l’Etat hébreu a procédé à
six incursions et opéré 57 frappes aériennes à Gaza. Durant la même
période, le Hamas a tiré 111 obus de mortiers et 155 fusées en direction
d’Israël faisant un mort et deux blessés.

De son côté, le Représentant permanent de la France a évoqué les nombreuses crises survenues au Maghreb, au Moyen-Orient et dans le Golfe. S’agissant des relations israélo-palestiniennes, il a regretté le manque de progrès et exhorté les deux parties à aller de l’avant. Il a précisé que le gouvernement français organiserait en juin prochain à Paris une conférence des pays donateurs pour l’Etat de Palestine.

Le rapt et le meurtre de l’activiste italien Vittorio Arrigoni, mais aussi la poursuite de la détention du sergent israélien Gilad Shalit ont également été abordés. De même que la poursuite de la politique
d’implantation de colonies israéliennes et la destruction de bâtiments palestiniens en Cisjordanie, y compris à Jérusalem-est.

La situation au Liban a également fait l’objet de commentaires. Près de trois mois après sa nomination au poste de Premier Ministre, Najib Mikati n’a toujours pas constitué un gouvernement. De même, plusieurs incidents violents sont à déplorer même si la FINUL juge, dans l’ensemble, la situation calme.

(Extrait sonore : Gérard Araud, Représentant permanent de la France auprès des Nations Unies)


LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...