L’appel de l’ONUCI aux forces spéciales de Gbagbo

Au lendemain des frappes aériennes de l'ONUCI et de la Licorne sur les camps Agban, Akouedo ; la résidence et le palais présidentiel, les événements se sont précipités depuis quelques heures.

photo : ONUCI

photo : ONUCI

Les tractations sont en cours pour une reddition du président sortant Laurent Gbagbo. Selon une révélation faite par le chef de la diplomatie française, Alain Juppé, cité par l’AFP, la France et les Nations Unies exigent que Laurent Gbagbo, pour sa reddition, signe un document dans lequel il renonce au pouvoir en Côte d’Ivoire et reconnaisse Alassane Ouattara comme président de la Côte d’Ivoire.

Sur le terrain, les armes se taisent progressivement dans la capitale et cela, à la suite du cessez-le-feu demandé par trois généraux. En effet, le chef d’état-major des FDS, Mangou Phillipe, Bruno Dogbo Blé, commandant de la garde républicaine et Tiapé Kasarate Edouard ont téléphoné ce matin à l’Opération des Nations unies en Côte d’Ivoire pour l’informer que l’ordre d’arrêter les combats était en train d’être donné aux éléments des forces de défense et sécurité, y compris les forces spéciales. L’ordre a été également donné de rendre les armes aux forces onusiennes et de demander leur protection.

L’onuci a dit oui à cette demande et donné ordre à ses troupes de recevoir les armes de ces forces et leur offrir la protection nécessaire. Quelques heures après, quelle est la situation sur le terrain ?

Extrait sonore : Hamadoun Touré, porte-parole de l’ONUCI; propos recueillis par Kader Diaby.


LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...