Haïti : débat de haut niveau au Conseil de sécurité

Une réunion de Haut niveau sur la situation en Haïti a eu lieu mercredi 6 avril au Conseil de Sécurité. Cette rencontre qui a été modérée par le Président colombien Juan Manuel Santos Calderon dont le pays préside le Conseil de sécurité pour ce mois d'avril, a bénéficié de la participation de René Garcia Préval, le Président sortant d'Haïti, de Ban Ki-moon, le Secrétaire général des Nations Unies, de Bill Clinton, le Représentant spécial de l'ONU pour Haïti, ainsi que celle de plusieurs autres personnalités.

Rene Preval

Rene Preval

« Man anpil chay pa lou ». C’est par ce proverbe en créole qui signifie « Plusieurs mains allègent un poids » que le Président de la Colombie, Juan Manuel Santos Calderon, a débuté ses propos au cours de ce débat de haut niveau du Conseil de sécurité sur la situation en Haïti. Il s’est exprimé entre autres sur l’engagement de la Colombie pour le renforcement de la sécurité en Haïti. 31 policiers colombiens de la MINUSTAH forment actuellement des membres de la police nationale haïtienne, a-t-il précisé.

De son côte, Ban Ki-moon, a expliqué que le rétablissement de l’Etat de droit devrait être la priorité du prochain Président d’Haïti. Selon le Secrétaire général des Nations Unies, le peuple d’Haïti attend beaucoup du prochain gouvernement et du parlement. Le nouveau parlement devrait achever le processus d’amender la constitution avant l’entrée en fonction du futur Président. « Les Nations Unies vont continuer de soutenir le gouvernement et le peuple haïtien dans le noble et nécessaire travail pour construire un avenir plus juste et plus prospère » a-t-il souligné.

Et René Garcia Préval qui intervenait pour la dernière fois au Conseil de sécurité comme Président d’Haïti, a exprimé ses vœux pour son pays. Il a souhaité que les acquis démocratiques soient conservés et que le peuple haïtien, gouvernants et gouvernés, avec l’appui de la communauté internationale, s’attelle à relever l’immense défi de la reconstruction du pays auquel les Haïtiens sont astreints suite à la pauvreté endémique ainsi qu’aux désastres naturels qui ont durement frappé le pays.

A cet égard, Bill Clinton, l’Envoyé spécial de Ban Ki-moon pour Haïti, a longuement expliqué les activités qu’il dirige pour financer et gérer les projets de reconstruction en Haïti.

(Mise en perspective de Jean-Pierre Amisi Ramazani avec des extraits sonores de : Ban Ki-moon, Secrétaire général des Nations Unies ; René Garcia Préval, Président d’Haïti)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
12/12/2017
Loading the player ...