Côte d’Ivoire : l’insécurité règne encore à Abidjan

La situation sécuritaire en Côte d'Ivoire et plus particulièrement à Abidjan, la capitale économique, est loin d'être complètement apaisée, notamment la commune populaire de Yopougon qui échappe au contrôle des Forces républicaines de Côte d'Ivoire (FRCI).

Opération de maintien de la paix l'ONU en Côte d'Ivoire.

Opération de maintien de la paix l'ONU en Côte d'Ivoire.

En dépit des tentatives des FRCI pour les en déloger, les milices proches de l’ancien président Laurent Gbagbo y font régner la terreur depuis le 11 avril 2011, jour de sa chute chute, selon plusieurs témoignages d’habitants de Yopougon joints par ONUCI-FM.

Dans la commune d’Abobo, secteur PK 18, les populations tentent de se remettre de leurs blessures après la mort du chef du commando invisible Ibrahim Coulibaly dit « IB ». Vendredi, tous les barrages menant à ce quartier qui fut au mois de janvier le théâtre de violents affrontements entre ce commando et les Forces loyales à Laurent Gbagbo, ont été levés. Toutefois, il n’est pas rare d’apercevoir de nombreux hommes en armes dans les rues qui continuent de s’affronter, indiquent des témoins vivant dans la zone .

Aux dernières nouvelles, une cinquantaine de miliciens de la commune de Yopougon ont au cours d’une cérémonie vendredi déposé les armes, en présence d’éléments des FRCI et du chef d’état major des forces de défense et de sécurité Philippe Mangou.

Les miliciens de Yopougon sont estimés à plusieurs centaines, dont des mercenaires libériens. Seuls une cinquantaine, dont de nombreux adolescents et quelques jeunes filles, ont déposé les armes vendredi, mais la portée de l`événement est avant tout symbolique.

(Extraits sonores avec une mise en perspective de Martial Assème)

Écouter /
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...