Côte d'Ivoire : les humanitaires parlent de tragédie

La crise postélectorale en Côte d'Ivoire ne va pas sans conséquences sur le plan humanitaire. La situation s'est aggravée ces derniers jours et les agences onusiennes sur place n'hésitent plus à parler de tragédie humanitaire.

Réfugiés en Côte d' Ivoire

Réfugiés en Côte d' Ivoire

En dépit d’une situation sécuritaire hautement précaire, les organisations humanitaires ont intensifié ces derniers jours leur réponse humanitaire principalement dans l’ouest du pays afin de répondre aux nombreux besoins urgents des populations civiles prises dans l’étau des récents combats.

Cependant dans la capitale économique Abidjan, la réponse humanitaire demeure timide en raison des difficultés d’accès.
Théâtre principal des violences depuis le 30 mars dernier, la capitale économique Abidjan est en proie à une situation humanitaire alarmante. De nombreux corps jonchent les rues de la ville ; des quartiers entiers sont sans électricité ni eau. La ville d’Abidjan où vivent plus de cinq millions de personnes est menacée par une rupture de produits de traitement de l’eau qui pourrait entrainer dès dimanche prochain une rupture de l’eau potable.

Se nourrir dans la capitale économique ivoirienne est devenu difficile car les marchés et les boutiques sont fermés- les rares boutiques, qui osent ouvrir pendant les quelques heures de la matinée avant le retour du couvre feu, ont considérablement augmenté leurs prix. De nombreux hôpitaux et établissements sanitaires ont simplement cessé de fonctionner, et les rares d’entre eux qui n’ont pas fermé porte se retrouvent sans suffisamment de médecins, médicament et autres matériel de base ; les écoles avaient fermé bien avant ces derniers combats.

Des milliers de personnes ont fui leurs maisons à Abidjan pour trouver de l’abri dans des sites de personnes déplacées, tandis que plusieurs milliers d’autres vivent dans des familles hôtes. Selon une estimation du Haut Commissariat pour les réfugiés (HCR), plus de 750 000 personnes seraient déplacées à l’intérieur du pays.

Toujours d’après le HCR, des milliers de réfugiés ivoiriens continuent d’affluer vers les pays voisins dans un contexte d’incertitude sur l’issue de la crise politique. Près de 150 000 réfugiés ivoiriens se trouvent désormais dans douze pays de l’Afrique de l’ouest. La plupart des réfugiés, soit près de 135 000 sont hébergés au Libéria. Durant la seule journée de mercredi, plus de 4 500 Ivoiriens seraient entrés au sud-est du pays dans le comté de Maryland.

Par ailleurs, près de 2 000 Ivoiriens ont traversé la frontière vers le Ghana la semaine dernière, ce qui porte à 7 200 le total des réfugiés dans ce pays. Le Ghana a établi un second camp pour accueillir des réfugiés. En plus du camp d’Ampain près de la frontière, le nouveau camp de Kassap a reçu 446 réfugiés transférés par le HCR la semaine dernière.

A l’est de la Côte d’Ivoire, quelque 200 Ivoiriens arrivent quotidiennement au Togo depuis ces derniers jours, ce qui porte à 2 300 le total de réfugiés ivoiriens.

(Interview : Ndolamb Ngokwey, Coordonnateur humanitaire à l’ONUCI; propos recueillis par Marcel Bony d’ONUCI-FM)


LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...