UNESCO : les conflits, un frein à l'éducation de 28 millions d'enfants

Dans son rapport mondial 2011 de suivi sur l'Education pour tous, l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) estime que près de 28 millions d'enfants sont privés d'éducation en raison des conflits armés les exposant aux violences sexuelles, à des attaques ciblées sur leurs écoles et d'autres atteintes aux droits de l'homme.

© UNESCO/M. Hofer - Un enfant congolais se rendant à l'école dans le camp de réfugiés de Kahe, dans la ville de Kitschoro (nord-est de la RDC)

© UNESCO/M. Hofer - Un enfant congolais se rendant à l'école dans le camp de réfugiés de Kahe, dans la ville de Kitschoro (nord-est de la RDC)

Publié mardi, le rapport est intitulé « La crise cachée : les conflits armés et l’éducation » et rappelle qu’en dépit des progrès dans la réalisation des Objectifs du millénaire pour le développement (OMD), le monde n’atteindra certainement pas d’ici à 2015 les six objectifs de l’Education pour tous, pour lesquels 160 pays se sont engagés en 2000.

« Le titre de cette publication n’est pas un hasard, puisque nous avons remarqué que dans beaucoup de situations de guerre, l’éducation était totalement ignorée en tant qu’instrument de rétablissement de la situation, dans nombre de pays sortant de conflits.», a expliqué Irina Bokova, la Directrice générale de l’UNESCO.

Selon le rapport, les conflits armés détournent les fonds publics de l’éducation au profit des dépenses militaires. Nombreux sont les pays les plus pauvres du monde qui investissent bien plus dans l’armement que dans l’éducation de base. Ainsi, vingt-et-un Etats allouent une plus grande part de leur budget à l’armée qu’à l’éducation de base ; s’ils réduisaient leurs dépenses militaires de seulement 10%, 9,5 millions d’enfants supplémentaires pourraient être scolarisés.

« Si les pays riches allouaient simplement six jours de leurs dépenses militaires à l’éducation, ils pourraient obtenir les 16 milliards de dollars nécessaires à l’Education pour tous. », a indiqué Irina Bokova.
Le système d’aide humanitaire passe à côté des enfants, met en garde le rapport qui appelle à une révision majeure de l’aide à l’éducation dans les pays en proie aux conflits. L’éducation représente seulement 2% de l’assistance humanitaire internationale, ce qui ne permet de répondre qu’à un nombre infime des demandes d’aide pour l’éducation. Les fonds humanitaires communs doivent atteindre 2 milliards de dollars pour couvrir les insuffisances en matière de financement de l’éducation.

Les réfugiés et les personnes déplacées au sein de leur pays sont confrontés à des obstacles majeurs en matière d’éducation. Dans les camps gérés par le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés, le taux global de scolarisation dans le primaire s’élevait à 42% en 2008 dans les Etats arabes et à seulement 39% en Asie du Sud et de l’Ouest.

(Extrait sonore : Irina Bokova, Directrice générale de l’UNESCO ; propos recueillis par Martial Assème)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
12/12/2017
Loading the player ...