RDC : condamnations pour viols et crimes contre l'humanité

Onze militaires de l'armée congolaise (FARDC) étaient poursuivis pour crimes contre l'humanité, viols, pillages et destruction méchante à Kalehe, dans la province du Sud-Kivu. Le verdict de la cour militaire de Bukavu qui a siégé en chambre foraine est tombé mercredi. Trois officiers écopent de 15 ans de prison ferme. Huit autres militaires, en cavale, écopent d'une peine de prison à perpétuité.

Les condamnés à 15 ans de prison sont un lieutenant-colonel, un major et un capitaine. Ces derniers sont également astreints au paiement des dommages et intérêts au bénéfice des victimes des viols et des pillages. Les huit prévenus en fuite condamnés à perpétuité devront également payer des dommages-intérêts au bénéfice des victimes des viols et des pillages.

Les faits qui leur sont reprochés remontent à septembre 2009. Ils ont été reconnus coupables des actes de pillages et de viols collectifs d’une vingtaine de femmes, d’enlèvement d’un enfant de quatre mois et de destruction de deux écoles à cette date dans le village de Katasomwa.

La cour militaire a aussi établi la responsabilité de l’Etat congolais astreint de ce fait également au paiement conjointement avec les onze condamnés de ces dommages et intérêts. Selon le 1er président de la juridiction, la cour militaire de Bukavu s’est référée, dans ce dossier, aux statuts de Rome en ce qui concerne les infractions qualifiées de crimes contre l’humanité.

Le procès a été organisé avec l’appui de la MONUSCO, du PNUD et de l’ONG Avocats sans frontières. Les condamnés présents à cette audience ont été conduits à la prison centrale de Bukavu.

(Mise en perspective de Kadi Adzuba de Radio Okapi)


LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
08/12/2017
Loading the player ...