OMS : Inquiétude face à la crise nucléaire au Japon

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) est très préoccupée par la situation au Japon. La Directrice du Département de santé publique et environnement de l'OMS fonde cette inquiétude par la déclaration du Premier ministre japonais « qui a indiqué que la fuite de la radioactivité dans l'air pourrait être un risque pour la santé humaine ».

Naoto Kan a d’ailleurs élargi la zone de sécurité autour de la centrale de Fukushima en appelant les personnes habitant dans un rayon de 30 kilomètres à rester calfeutrées.

Mais en attendant, l’OMS pense que « les autorités japonaises ont pris les mesures sanitaires appropriées pour protéger la population de la radioactivité. Dans un communiqué rendu publique le 14 mars, l’OMS note que « le gouvernement japonais prend les précautions nécessaires: évacuation des communautés voisines, mise à l’abri des populations dans des abris sûrs et distribution d’iodure de potassium aux personnes à risque ». «Cela semble être les mesures de santé publique généralement admises pour le degré d’exposition qui existe à l’heure actuelle», souligne l’OMS.

Selon la Directrice du Département de santé publique et environnement de l’OMS, il faut évacuer les populations dans un rayon de 20 km et s’assurer que ceux qui sont dans un rayon de 30 km puissent rester à la maison pour éviter l’inhalation de particules radioactives suspendues dans l’air. « Il faut éviter de s’exposer », avertit Maria Neira qui ajoute que l’OMS était d’accord avec le périmètre d’évacuation de 20 km instauré par les autorités japonaises autour de la centrale. Interrogée sur un éventuel impact des radiations sur la nourriture, l’experte de l’OMS a expliqué qu’ »à l’heure actuelle il n’y a pas de recommandation spécifique concernant le régime alimentaire ».

Par ailleurs, l’OMS n’a pas reçu de demande d’aide de la part du Japon. « Nous avons exprimé notre disponibilité à participer à une mission, à offrir l’assistance nécessaire, si cela est demandé », a déclaré Maria Neira. Face à la crise liée à une centrale nucléaire au Japon, l’OMS a alerté son réseau mondial d’experts sanitaires spécialisés dans les catastrophes nucléaires. À la suite du tsunami, une explosion est survenue le 14 mars à 11 heures dans l’unité 3 de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi.

(Extrait sonore : Maria Neira, Directrice du Département de santé publique et environnement de l’OMS ; propos recueillis par Alpha Diallo)


LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
13/12/2017
Loading the player ...