Libye : le Comité international de la Croix-Rouge s’est retiré de Benghazi

Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a retiré mercredi son personnel de Benghazi, bastion de l'insurrection dont les forces de Mouammar Kadhafi se rapprochaient. Le Comité y était présent depuis une vingtaine de jours. Un mois après le début des violences en Libye, les combats armés font toujours rage et se propagent maintenant dans les régions les plus peuplées du pays. Le CICR a transféré ses équipes de Benghazi à la ville de Tobrouk, plus à l'est, d'où il continuera de porter assistance aux victimes du conflit.

Selon Simon Brooks, le chef de la mission du CICR en Libye, le CICR, qui a quitté Benghazi et Ajdabiya après presque 20 jours sur place, est extrêmement préoccupé par le sort des civils, des malades, des blessés, des détenus et des autres personnes qui ont droit à une protection en période de conflit. Le Comité maintiendra un dialogue avec les deux parties pour pouvoir regagner Benghazi et l’ouest du pays dès que les conditions de sécurité le permettront.

Les activités humanitaires à Benghazi et dans la région seront toujours menées par le Croissant-Rouge libyen. Avant de quitter la zone, le CICR a fourni à la Société nationale suffisamment de vivres et d’articles de première nécessité pour couvrir les besoins de 15 000 personnes pendant un mois

Le CICR a récemment exhorté les parties à appliquer le droit international humanitaire. Maintenant qu’il se retire de Benghazi, il leur réitère son appel à respecter les obligations qui leur incombent en vertu de cette branche du droit.

Depuis le 27 février, le CICR s’emploie principalement à soutenir les équipes chirurgicales et les autres membres du personnel médical libyen de l’hôpital Al-Jalaa de Benghazi et de l’hôpital central d’Ajdabiya. Il a aussi envoyé du matériel et des équipements chirurgicaux dans d’autres régions du pays, et a récemment visité des détenus à Benghazi.

L’institution a pour l’heure déployé 95 collaborateurs dans le cadre des activités humanitaires consécutives au conflit en Libye, ce qui inclut les collaborateurs présents aux frontières avec l’Égypte et la Tunisie, ainsi que ceux qui sont déployés à Tobrouk.

(Interview : Simon Brooks, chef de la mission du CICR en Libye; propos recueillis par Alpha Diallo)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
18/12/2017
Loading the player ...