Libye : La France prudente sur l'annonce du cessez-le-feu

Plusieurs pays, dont la France, ont lancé vendredi le compte à rebours d'une intervention militaire en Libye après le feu vert donné par l'ONU, et ce malgré l'annonce d'un cessez-le-feu par le régime de Mouammar Kadhafi.

Les forces libyennes ont à nouveau pilonné Misrata, principale ville tenue par les rebelles dans l’Ouest libyen, faisant au moins 25 morts, dont des enfants, selon un médecin sur place.

Dans l’est du pays, où la rapide contre-attaque des forces de Mouammar Kadhafi les a amenées jusqu’aux abords de Benghazi, fief de l’insurrection lancée il y a un mois, des habitants ont qualifié l’annonce d’un cessez-le-feu de ruse.

Le ministre libyen des affaires étrangères, Moussa Koussa, a déclaré que la Libye entendait se conformer à la résolution 1973 adoptée jeudi soir par le Conseil de sécurité des Nations unies, dont le vote a illustré les divisions au sein de la communauté internationale et au sein même de l’Union européenne.

Ce texte, parrainé par la France, le Royaume-Uni, le Liban et les Etats-Unis, autorise l’instauration d’une zone d’exclusion aérienne au-dessus de la Libye et le recours à tous les moyens nécessaires, c’est-à-dire militaires, pour protéger les populations civiles.

La France est prête à agir militairement, a dit vendredi le ministre français des affaires étrangères, Alain Juppé. “Nous sommes prêts pour des frappes contre la Libye, mais je ne peux pas vous donner de calendrier plus précis”, a-t-il dit.

Son porte-parole Bernard Valéro, s’est dit autant dubitatif que prudent sur l’annonce de cessez-le-feu faite par la Libye

(Interview de Bernard Valéro, porte-parole du Quai d’Orsay; propos recueillis par Maha Fayek)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...