Libye: des milliers de Libyens déplacés dans l’est, selon le HCR

Les combats en Libye ont poussé des milliers de personnes à fuir leur foyer et se réfugier dans l'est du pays, a indiqué mardi le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR). L'agence se base sur les témoignages de réfugiés arrivés en Egypte.

Photo : UNHCR

Photo : UNHCR

Les équipes du HCR à la frontière égyptienne avec la Libye ont entendu des nouveaux arrivants que des milliers de Libyens étaient déplacés dans l’est du pays et se sont réfugiés dans des maisons, des écoles et des bâtiments universitaires. Les personnes qui sont arrivés durant le week-end ont parlé de déplacements à Ajdabiyah, Derna et Tobrouk.

Selon le HCR, ceux qui ont traversé les frontières ont dit avoir préféré fuir le pays, par crainte d’une reprise des combats des forces pro-gouvernementales dans l’est. Ils disaient avoir peur de sortir de chez eux après et évoquent des risques de représailles. Certains ont vu leurs maisons brûler, note le HCR, indiquant également que le réseau des téléphones portables avait été coupé depuis jeudi, « alimentant les craintes et générant une plus grande incertitude ».

Alors que les forces loyalistes sont toujours la cible de frappes aériennes de la force multinationale, la situation à la frontière égyptienne était « relativement calme lundi », avec 400 voitures arrivées en un jour, selon le HCR. Pendant ce temps, à la frontière tunisienne, le personnel du HCR continue de faire part de tirs lointains à l’intérieur de la Libye. Au vu des déplacements de population en Libye, le HCR va envoyer mercredi de l’aide humanitaire, incluant 5.000 couvertures et 5.000 matelas de sol, dans un convoi de camions du Programme alimentaire mondial (PAM) qui part pour Benghazi.

De son côté, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) insiste sur le manque de médicaments en Libye, soulignant qu’il était « important” d’aider les ministères de la Santé égyptien et tunisien pour mettre à la disposition des centres de santé les équipements médicaux dont ils pourraient avoir besoin ». « L’OMS continue de travailler avec ces partenaires pour parer à l’éventualité de l’arrivée de personnes blessées » aux frontières. L’OMS a mis en place, en coopération avec les autorités égyptiennes, deux hôpitaux militaires dotés de 250 lits chacun. En outre, plus de 35 ambulances sont en d’état d’alerte aux frontières prêtes à intervenir pour aider les personnes qui en auraient besoin.

Au total, selon l’Organisation internationale pour les migrations (OMS), environ 328.000 personnes ont fui la Libye, la plupart quittant le pays en passant par l’Egypte et la Tunisie. Un nombre croissant de personnes fuient à travers le Niger. Selon l’OIM, entre le 17 et 20 mars environ 4.900 Subsahariens sont ainsi arrivés à Dirkou, portant à 9.750 le nombre total d’Africains ayant fui dans ce pays depuis le début des violences en Libye.

(Interview : Cécile Pouilly, porte-parole du HCR; propos recueillis par Alpha Diallo)


LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
14/12/2017
Loading the player ...