Le HCR craint le chaos et une saturation des capacités d'accueil en Tunisie

Les organisations humanitaires engagent une course contre la montre et le chaos pour aider les milliers de réfugiés massés dans des conditions précaires à la frontière entre la Libye et la Tunisie. Selon le Porte-parole du HCR, Cécile Pouilly, la situation à la frontière a atteint un niveau critique après le passage de 80.000 à 90.000 personnes fuyant la répression de Tripoli depuis le 20 février.

Près de 40,000 personnes attendent actuellement à la frontière du coté libyen pour entrer en Tunisie. Les organismes humanitaires décrivent des scènes de chaos, avec une foule de milliers de personnes venant de Libye se pressant à la frontière tunisienne.

Ces réfugiés sont dehors par un froid glacial, sous la pluie et beaucoup d’entre eux ont déjà passé trois ou quatre nuits à la belle étoile. Les humanitaires évoquent même une saturation des capacités d’accueil en Tunisie.

En Egypte, quelque 77.320 personnes sont déjà passées et à peu près pareil, peut-être 10.000 de plus, ont pu passer en Tunisie et près de 150.000 personnes ont fui la Libye ces derniers jours.

Dans ces conditions, le HCR a renouvelé l’appel urgent lancé la veille pour que des moyens financiers et logistiques massifs dont des avions, des bateaux et du personnel spécialisés participent à l’effort d’évacuation. Le Haut Commissariat aux réfugiés (HCR) et l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) ont lancé en commun cet appel.

Elles demandent à la communauté internationale « de fournir urgemment des moyens financiers et logistiques massifs dont des avions, des bateaux et du personnel spécialisés pour participer à l’effort d’évacuation.

Les deux organisations qualifient cette opération d’essentielle alors que la situation à la frontière “empire d’heure en heure” en raison de la surpopulation Les deux organisations indiquent avoir mis au point, en « consultation avec les gouvernements tunisien et égyptien, un programme commun d’évacuation qui vise à améliorer considérablement les efforts » pour faire face à « la crise humanitaire à la frontière de la Tunisie ».
En Libye, des employés locaux du HCR ont maintenu ouvert pour les réfugiés le bureau de l’Organisation à Tripoli.

Le HCR offre par ailleurs une assistance aux réfugiés qui ne peuvent accéder à son bureau. Les employés du HCR ont mis en place un service d’assistance téléphonique 24h/24. Cette hotline, ainsi qu’une autre hotline mise en service à Genève, continue de recevoir des appels désespérés de réfugiés en Libye et de membres de leur famille hors du pays, disant qu’ils se sentent pris au piège, menacés et pourchassés.

(Interview : Cécile Pouilly ; Porte-parole du HCR ; propos recueillis par Alpha Diallo)

Classé sous Dossiers.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...