Japon : la situation nucléaire reste préoccupante

Deux semaines après le fort séisme et le tsunami qui ont touché le Japon, les Nations Unies avec en tête leur Secrétaire général, Ban Ki-moon, aidé notamment par l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) ont évalué ce vendredi la situation dans la centrale nucléaire de Fukushima Daichi. Tout le monde s'accorde pour reconnaître la précarité de la situation, tout en soulignant la large part d'inconnue.

Centrale nucléaire endommagée au Japon

Centrale nucléaire endommagée au Japon

Aussi, quinze jours après la catastrophe, l’AIEA reste prudente. Certes des travaux importants de rétablissement de l’électricité et de refroidissement des six réacteurs sont en cours. Mais le réacteur numéro 3 ne cesse d’inquiéter. Quelque 120 tonnes d’eau de mer ont été injectées dans la cuve de stockage des combustibles. Mais les travaux ont du être arrêtés après l’hospitalisation de trois salariés irradiés. De son côté, l’exploitant, Tokyo Electric Power, reconnaît que la cuve de réacteur pourrait être endommagée.

Déjà, depuis le début de la semaine, les autorités nippones ont interdit la vente d’une dizaine de légumes et du lait cru provenant des régions proches de Fukushima. Et puis ce vendredi, selon le ministère de la santé, un niveau élevé de radioactivité a été détecté dans des légumes cultivés à la périphérie de Tokyo, soit à 250 km de la centrale accidentée.

Enfin, Ban Ki-moon a réuni ce vendredi les responsables des agences onusiennes en charge notamment de l’énergie atomique, de la santé, de la météorologie, de l’environnement, sans oublier l’alimentation et de l’agriculture. Objectif: renforcer la coopération internationale, la coordination avec le gouvernement japonais et la qualité des informations fournies aux populations concernées.

(Mise en perspective : Jérôme Longué)


LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
16/10/2017
Loading the player ...