FAO : plus d'équité entre les genres, pour plus de développement

Si les femmes dans les zones rurales avaient le même accès que les hommes à la terre, aux technologies, aux services financiers, à l'instruction et aux marchés, il serait possible d'augmenter la production agricole et de réduire de 100 à 150 millions le nombre d'affamés dans le monde. La Fao fait valoir cette thèse dans la dernière édition de son rapport sur La situation mondiale de l'alimentation et de l'agriculture.

“Ce rapport est une puissante plaidoirie en faveur de la parité hommes-femmes dans l’agriculture”, fait remarquer M. Jacques Diouf, Directeur général de la FAO.

“La parité hommes-femmes n’est pas seulement un noble idéal, elle est également cruciale pour le développement agricole et la sécurité alimentaire. Nous devons promouvoir l’égalité des sexes et l’habilitation des femmes dans l’agriculture afin de remporter de manière durable la lutte contre la faim et la pauvreté extrême”, souligne M. Diouf.

Rien qu’en donnant aux agricultrices le même accès que les agriculteurs aux ressources agricoles, il serait possible d’augmenter de 20 à 30 pour cent la production des exploitations gérées par les femmes dans les pays en développement. Cela se traduirait par une augmentation de la production agricole des pays en développement de 2,5 à 4 pour cent, ce qui réduirait de 12 à 17 pour cent le nombre de personnes sous-alimentées dans le monde, soit 100 à 150 millions de personnes.

Un profond fossé sépare les agricultrices des agriculteurs en ce qui concerne l’accès à un vaste éventail de ressources agricoles, notamment la terre, le bétail, la main-d’œuvre agricole, l’instruction, les services de vulgarisation, le crédit, les engrais et la mécanisation.

“Les agricultrices obtiennent moins de rendements que les agriculteurs, non pas parce qu’elles sont moins douées, mais parce qu’elles gèrent des exploitations plus petites et utilisent moins d’intrants, comme les engrais, les semences améliorés et les outils performants”, affirme Terri Raney, qui a supervisé la rédaction du rapport de la FAO.

(Mise en perspective : Allan Bayad)

Classé sous Femmes et enfants, L'info.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
23/10/2017
Loading the player ...