Côte d'Ivoire: une enquête de l’ONU sur les violations‎ de droits de l'homme

Le Conseil des droits de l'homme a décidé vendredi à Genève, de créer une commission internationale indépendante d'enquêter sur les faits et les circonstances entourant les allégations de graves violations des droits de l'homme perpétrées en Côte d'Ivoire à la suite de l'élection présidentielle du 28 novembre 2010, afin d'en identifier les responsables et de les poursuivre en justice.

La résolution présentée par le Nigeria au nom du groupe des pays africains, a été adoptée par consensus des 47 membres du Conseil, au dernier jour de sa 16e session.Le texte demande également « d’identifier les responsables de ces actes et de les traduire en justice ». Appelant les Ivoiriens à collaborer avec les experts de l’ONU, il stipule que les conclusions de cette enquête soient présentées à la prochaine session du Conseil en juin.Il recommande que l’Assemblée générale de l’ONU transmette ces résultats à « toutes les instances pertinentes ».

La résolution appelle à la cessation immédiate des violences, notamment contre les femmes, et condamne fermement toutes les « atrocités ».Le Conseil des droits de l’homme rappelle aussi son soutien à Alassane Ouattara, reconnu vainqueur de la présidentielle par la communauté internationale, face au président sortant Laurent Gbagbo qui refuse de quitter le pouvoir.

Le Conseil appelle les États Membres de l’ONU, les organismes des Nations Unies compétents et les institutions financières internationales à fournir une assistance technique et une aide au renforcement des capacités à la Côte d’Ivoire, à sa demande. Il prend acte de l’invitation permanente adressée par le Président Ouattara à tous les titulaires de mandat au titre de procédures spéciales thématiques, y compris le Groupe de travail sur l’utilisation de mercenaires comme moyen de violer les droits de l’homme et d’empêcher l’exercice du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes.
Vendredi, les membres du Conseil ont réitéré leurs vives inquiétudes.

Le Représentant de la France a dénoncé l’attaque à l’arme lourde menée à Abobo (Abidjan) par les forces du camp Gbagbo, qui a fait des dizaines de morts la semaine dernière. « Plus que jamais, la lutte contre l’impunité des responsables des atrocités doit être une priorité », souligne Jean-Baptiste Mattéi.

Le Président du Conseil des droits de l’homme de l’ONU, l’Ambassadeur de Thaïlande à Genève, nommera prochainement les membres de cette commission. Les conclusions de l’enquête seront présentées en juin à Genève lors de la prochaine session du Conseil des droits de l’homme.

(Mise en perspective d’Alpha Diallo, avec un extrait sonore de l’Ambassadeur Jean-Baptiste Mattéi, Représentant permanent de la France à Genève)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...