Côte d'Ivoire : l'ONUCI exige l'arrêt des violences

L'Opération des Nations Unies en Côte d'Ivoire (ONUCI) condamne énergiquement les violences meurtrières qui s'installent chaque jour davantage dans plusieurs villes ivoiriennes et notamment dans le district d'Abidjan.

© UNHCR/H.Caux

© UNHCR/H.Caux

Dans la nuit du mardi 15 mars 2010, la clinique médicale de l’ONUCI a accueilli 18 personnes, dont trois femmes et un bébé, blessées par des éclats d’une grenade lancée par des inconnus à Attecoubé, une commune d’Abidjan. Une autre personne qui se trouvait sur le lieu de l’incident est décédée avant sa prise en charge.

« L’ONUCI estime qu’il est impératif de mettre immédiatement un terme à cette escalade de violence au risque de compromettre la paix, la cohésion sociale et la réconciliation nationale. », a averti Hamadoun Touré, le porte-parole de l’ONUCI.

L’ONUCI réitère son appel pressant à toutes les parties à faire preuve de retenue et de sagesse et à cesser les affrontements qui endeuillent les familles et rendent plus difficile le règlement de l’impasse politique actuelle.

« L’ONUCI reste disponible à apporter sa contribution pour assurer le retour au calme et abréger les souffrances du peuple ivoirien, conformément », a conclu M.Touré.

Depuis le début de la crise née de la présidentielle de novembre 2010, près de 400 personnes ont été tuées selon l`ONU.

La Côte d’Ivoire fait face à une escalade de violences depuis la mi-février, dans des affrontements entre partisans ou forces des deux rivaux, le président sortant Laurent Gbagbo et Alassane Ouattara, le président ivoirien reconnu par la communauté internationale.

(Extrait sonore :Hamadouon Touré, porte-parole de l’ONUCI ; propos recueillis par René Kapita

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...