Journée internationale: l'importance de l'eau pour les villes

A l'occasion de la Journée mondiale de l'eau, célébrée ce 22 mars, le Secrétaire général des Nations Unies a déclaré que « Sans eau, il n'y a pas de dignité et pas d'échappatoire à la pauvreté.

Innover dans la gestion de l'eau pour alimenter les villes

Innover dans la gestion de l'eau pour alimenter les villes

 Réaffirmons notre engagement à mettre un terme au fléau qu’affrontent 800 millions de personnes qui n’ont toujours pas l’eau potable et l’assainissement nécessaires à une vie digne et en bonne santé».

Organisée cette année autour du thème « L’eau pour les villes », cette journée mondiale veut attirer l’attention des dirigeants de la planète et sensibiliser l’opinion publique mondiale sur les défis posés par l’urbanisation croissante et l’approvisionnement en eau. D’ici à 20 ans, 60% de la population mondiale sera en effet concentrée dans des centres urbains. Dans les pays en développement, ces nouveaux citadins vivront essentiellement dans des bidonvilles et des banlieues sans infrastructures élémentaires, où les populations sont déjà confrontées à des problèmes d’eau courante.

Dans son message, Ban Ki-moon a souligné qu’au cours de la dernière décennie, le nombre de citadins n’ayant pas accès à l’eau potable dans leur maison avait augmenté de 114 millions de personnes, et celui des citadins n’ayant pas accès à un assainissement élémentaire de 134 millions. Cette augmentation de 20% a eu un impact extrêmement négatif sur la santé humaine et sur la productivité économique. Les gens sont malades et incapables de travailler. Dans de nombreux pays, les filles abandonnent aussi l’école par manque d’installations sanitaires, tandis que les femmes sont harcelées ou agressées pendant qu’elles vont chercher de l’eau ou qu’elles se rendent dans des toilettes publiques. « Les plus pauvres et les plus vulnérables ont souvent peu d’autre choix que celui d’acheter l’eau auprès de vendeurs informels à des prix 20 à 100% plus élevés que celui de leurs voisins plus riches, qui reçoivent de l’eau municipale dans leurs maisons », a encore poursuivi Ban Ki-moon, dénonçant une situation « inacceptable ».

De son côté, la FAO a aussi mise en garde contre les effets de l’urbanisation croissante sur la demande et l’approvisionnement en eau. L’agence onusienne souligne notamment que l’accroissement de la demande alimentaire dans les villes entraîne un accroissement de la demande d’eau pour le développement de l’agriculture urbaine et périurbaine, et celui des industries agroalimentaires. A l’occasion de cette journée mondiale de l’eau, la FAO défend aussi la mise en œuvre « de bonnes pratiques agricoles et forestières », pour contribuer « à l’aménagement rationnel des bassins versants, à la préservation des zone de captage d’eau et à la réduction des ruissellements et des inondations dans les villes ». « A l’heure actuelle, les agriculteurs et les citadins se disputent l’eau. Les villes utilisent l’eau, avant de la rejeter en polluant l’environnement. Il serait beaucoup plus logique de traiter l’eau des villes et de la réutiliser dans l’agriculture », souligne la FAO.

(Extrait sonore : Jean-Marc Faures, de la gestion des ressources en eau à la FAO)


LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
14/12/2017
Loading the player ...