CICR/Libye : l'appliquer du droit humanitaire est de toute urgence

Alarmé par l'intensification des combats en Libye et par le nombre croissant de victimes, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) demande instamment à tous ceux qui sont impliqués dans le conflit de respecter le droit international humanitaire et en particulier de prendre toutes les précautions possibles pour épargner les civils.

©/ ICRC / Getty Images / Gratiane De Moustier

©/ ICRC / Getty Images / Gratiane De Moustier

Au cours des derniers jours, les médecins locaux ont constaté une forte augmentation du nombre de victimes affluant dans les hôpitaux d’Ajdabya et de Misrata », a déclaré aujourd’hui le président du CICR, Jakob Kellenberger. « Misrata a été le théâtre de violents combats et de frappes aériennes ces derniers jours ». Nous tenons de sources sûres que 40 patients ont été traités pour blessures, dont certaines très graves, dans un établissement médical de Misrata, et que 22 corps y ont été transportés. »

« Entre-temps, notre équipe chirurgicale à Ajdabya, à l’est du pays, a aidé à opérer quelque 55 personnes blessées qui ont été amenées cette semaine à l’hôpital de la ville », a ajouté M. Kellenberger. « C’est un signe que le conflit s’intensifie. Ce qui nous préoccupe, c’est que les civils sont les principales victimes de la violence. Nous croyons que bon nombre de personnes à l’ouest de la Libye ont été encore plus durement touchées par les combats qu’à l’est du pays. »

« Toutes les parties au conflit armé ont l’obligation de distinguer, en toutes circonstances, les civils des combattants », a indiqué le président du CICR. « Seules les cibles militaires peuvent faire l’objet d’attaques. Il est urgent que cette obligation soit respectée dans un contexte où la plupart des hostilités semblent se dérouler dans des zones densément peuplées où les civils sont particulièrement exposés. Les attaques sans discrimination sont interdites Les blessés et les malades de toutes les parties doivent être soignés, et les installations sanitaires, les ambulances et le personnel médical doivent être respectés et protégés. »

Interview de Robert Cardon, Porte-parole du CICR; propos recueillis par Alpha Diallo


LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
12/12/2017
Loading the player ...