Bahreïn : Navi Pillay choquée par la prise de contrôle des hôpitaux par la police

La Haut commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Navi Pillay, a exprimé jeudi son inquiétude sur l'escalade de violence et l'usage excessif de la force par les forces de sécurité à Bahreïn. Elle s'est dite particulièrement « choquée » par la prise de contrôle des hôpitaux et des centres médicaux du pays par les forces de sécurité, ce qui constitue une violation flagrante du droit international.

« Selon nos informations, il y a des arrestations arbitraires, des meurtres, des bastonnades de manifestants et du personnel médical ainsi que la prise de contrôle des hôpitaux et des centres médicaux par différentes forces de sécurité. Ces forces sont composées de policiers de Bahreïn et des troupes de défense du Conseil de Coopération du Golfe appelées le Bouclier de la Péninsule. Ces actes sont illégaux et choquants. La police et les forces armées doivent immédiatement quitter les centres de soins et cesser le harcèlement et les intimidations à l’encontre des professionnels de la santé », a-t-elle insisté.
Navi Pillay a notamment cité d’inquiétantes informations sur une coupure d’électricité survenue mercredi au principal hôpital de Manama où le personnel de santé a été physiquement agressé et où les allers et venus des médecins et des patients étaient entravés par les forces de sécurité.

« Les informations selon lesquelles les forces gouvernementales ont bloqué les ambulances qui transportaient des civils blessés vers les centres de santé les 15 et 16 mars sont particulièrement troublantes », a estimé la Haut commissaire. « Les gouvernements sont obligés de protéger le droit à la vie et à la santé du peuple mais nous avons des informations crédibles selon lesquelles ils empêchent leur peuple d’accéder à ces droits », a-t-elle souligné.

La police de Bahreïn a également attaqué de nombreux villages notamment Sitra, Ma’amer, Ali, Buri, Salmadad, Nuwaidrat, Bani Jamra et Duraz le 15 mars ainsi que les manifestants de Pearl Roundabout le 16 mars en utilisant des gaz lacrymogènes, des balles en caoutchouc et des armes à feu.

Navi Pillay a par ailleurs pris note de la décision mardi du Roi de Bahreïn d’instaurer l’état d’urgence pour une durée de trois mois. Elle a rappelé aux autorités que les droits fondamentaux tels que le droit à la vie et le droit d’être protéger de la torture et d’autres traitements inhumains ne peuvent être bafoués, même en situation d’état d’urgence.

Le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a également réitéré son appel à la retenue, a fait savoir son porte-parole mercredi. Il a appelé le gouvernement de Bahreïn et les forces de sécurité du Conseil de Coopération du Golfe à respecter les droits de l’homme et à protéger les civils.

(Extrait sonore : Ravina Shamdasani, porte-parole de Navi Pillay, Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme)

Classé sous L'info, Le journal direct.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...