Viols massifs à l'Est de la RDC : audition des témoins

L'affaire des récents viols massifs à l'Est de la République démocratique du Congo se poursuit. Le procès des onze éléments des Forces armées de la RDC (FARDC), accusés de viols et des violences sexuelles contre une cinquantaine de femmes à Fizi-centre la veille du nouvel an 2011, est en cours à Baraka, au Sud-Kivu. La quatrième audience tenue le 14 février a été consacrée à l'audition des témoins.

La cour a auditionné un témoin et un renseignant dans la matinée. Le renseignant est le commandant du quartier général du 43ème secteur opérationnel d’Amani Leo cité par la cour. A la reprise, dans l’après-midi, l’audition des victimes s’est faite à huis clos. Huis clos proposé par les avocats de la défense pour des raisons de sécurité et de dignité comme c’est souvent le cas pour les victimes de viol. Quant au prétendu mineur âgé de 16 ans, la cour militaire a requis trois médecins pour déterminer si le prévenu est réellement un mineur. Si les médecins attestent qu’il est réellement mineur, la cour militaire va se déclarer incompétente et déférer le concerné devant son juge naturel, le tribunal de paix d’Uvira. Contacté au téléphone, un membre de la société civile de Baraka s’est dit satisfait du déroulement du procès à sa phase actuelle. Il a émis néanmoins le souhait de voir la cour militaire étendre ses enquêtes aux autres cas de violations graves commis antérieurement à Misisi par les FARDC.

(Mise en perspective : Jean Kasami de Radio Okapi)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
16/10/2017
Loading the player ...