RDC/Angola: Margot Wallström déplore les violences sexuelles

«C'est très grave ce qui se passe dans cette région», a déclaré, dimanche 6 février à Kamako, au Kasaï occidental, Margot Wallström, la Secrétaire générale adjointe des Nations Unies chargée des violences sexuelles, au terme de sa visite dans cette localité congolaise frontalière avec l'Angola. Elle a promis de rencontrer prochainement les autorités de Luanda pour évoquer la question des victimes des violences sexuelles lors des opérations de refoulement sur le sol angolais.

Photo: UNICEF

Photo: UNICEF

Environ deux cents femmes qui se disent violées se sont fait enregistrer à Kamako. Lors de l’entretien qu’elles ont eu avec Margot Wallström, ces femmes ont déclaré avoir été violées par des policiers et des militaires angolais lors des opérations d’expulsion des Congolais vivant en situation irrégulière en Angola. Elles ont confirmé également la mort de certaines d’entre elles, fusillées.

Des victimes des violences sexuelles portant des traces de tortures se sont présentées devant Margot Wallström. De plus, la Secrétaire générale adjointe de l’ONU en charge de la lutte contre les violences sexuelles a vu plus de quatre-vingt-dix enfants qui ne savent pas où se trouvent leurs parents. Elle n’a pas caché son indignation. Elle a exprimé sa détermination à poursuivre la lutte contre les violeurs.

«C’est très grave ce qui se passe dans cette région (…) Il faut parler avec le gouvernement angolais, il faut aussi arrêter cela», a-t-elle laissé entendre avant de dire qu’elle espère rencontrer à ce propos le président angolais lui-même.

Entre-temps, ces victimes des violences sexuelles attendent toujours la réponse à leur demande prioritaire: la prise en charge médicale.

(Compte rendu de Sadala Shabani de Radio Okapi)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
16/10/2017
Loading the player ...