RDC: la volonté des autorités à lutter contre l'impunité saluée par l’ONU

Le Représentant spécial du Secrétaire général de l'ONU pour la République démocratique du Congo s'est dit satisfait des efforts des autorités du pays pour mettre fin à l'impunité, dans un pays où les cas de violences sexuelles ne cessent de se multiplier.

Roger Meece a loué lundi lors d’une réunion du Conseil de sécurité, la volonté du gouvernement congolais à mettre fin à l’impunité, mettant en exergue l’arrestation en janvier dernier, d’une dizaine d’officiers des Forces armées de la RDC (FARDC) impliqués dans une trentaine de cas de viols à Fizi, dans le Sud-Kivu, la région où les violences sexuelles sont accrues du fait de la présence des groupes armés tel que les FDLR, même si, indique le chef de la Mission de stabilisation des Nations Unies en RDC (MONUSCO), l’on assiste à une baisse de leurs capacités opérationnelles. C’est le résultat de pressions politiques et militaires méritant d’être appuyées afin de réduire la menace de ces groupes, a-t-il déclaré.

Exposant aux quinze les derniers développements de la situation sécuritaire en RDC, le Représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU pour la RDC a noté qu’il existe des motifs de satisfaction, quant aux progrès enregistrés dans le cadre de la réalisation du mandat de la MONUSCO.

Selon Roger Meece, les rapports entre la MONUSCO et les autorités congolaises sont au beau fixe, en témoigne le renforcement de la coopération militaire. Il a dans le même temps tenu à rassurer le Conseil de sécurité sur l’engagement de la MONUSCO à faire de la protection des civils, une priorité notamment dans l’est du pays où les groupes armés pullulent et constituent l’une des causes principales des nombreuses exactions.

En outre, Roger Meece a attiré l’attention des quinze sur les besoins de la MONUSCO que sont, un renforcement de sa capacité aérienne avec l’octroi d’hélicoptères mais aussi un ajustement des niveaux de financement du budget 2011/2012 de la mission, en prélude à la présidentielle de novembre prochain. Le Représentant spécial de Ban Ki-moon avertit qu’un déficit dans ce domaine pourrait compromettre les opérations logistiques liées à ce scrutin et mettrait à mal les progrès enregistrés ces dernières années.

(Extrait sonore : Roger Meece, Représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU pour la RDC ; mise en perspective : Martial Assème)


LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...