Prix alimentaires : la mise en garde de Jacques Diouf

Depuis le mois de juin 2010, l'indice FAO des prix des denrées alimentaires a connu une tendance à l'augmentation, revenant le mois dernier à son plus haut niveau, tant en terme nominal que réel. Il est passé de 168 points en juin 2010 à 231 points en janvier 2011, soit une hausse de 37% en 7 mois.

©FAO/Walter Astrada

©FAO/Walter Astrada

Pour autant, estime la FAO, la situation est différente de celle enregistrée en 2007-2008, même si les conditions météorologiques, risquent de réduire sensiblement les productions agricoles de la saison prochaine. Les prix de l’ensemble des denrées ont accusé de fortes hausses en janvier, à l’exception de celui de la viande qui est resté inchangé.

Des chiffres et tendances communiqués ce vendredi, au Siège de la FAO à Rome, lors d’une conférence de presse conjointe avec le ministre français de l’agriculture, Bruno Le Maire qui a expliqué que le sens de sa visite était, à la fois d’étudier avec le FAO et le Programme alimentaire mondial (PAM) les mesures d’urgence qui pourraient être prise pour éviter ces situations, et les mesures structurelles qui, dans le cadre du G20, permettront d’éviter de retrouver ces situations, alors la France préside actuellement le G20.
“Il n’est pas normal que nous ayons connu en 2008 des émeutes de la faim et que les mesures nécessaires n’aient pas encore été prises”, a-t-il déploré. “Je crois qu’il important que le G20 prenne en main ces questions pour y apporter les réponses les plus rapides et les plus concrètes possibles”.

Jacques Diouf a renchéri: “non seulement il y a des risques, mais il y a déjà eu des émeutes dans certains endroits du monde dus au problème de la hausse des prix”.

L’Indice des prix des céréales a atteint 245 points en janvier, c’est-à-dire 3% de plus qu’en décembre et le plus haut niveau depuis juillet 2008, mais toujours inférieur de 11% au record d’avril 2008. Cette hausse traduisait essentiellement un raffermissement continu des cours internationaux du blé et du maïs, dans un contexte de tassement de l’offre. En revanche, les prix du riz ont fléchi légèrement, sous l’effet de la récolte des cultures principales en cours dans les grands pays exportateurs.

L’Indice des prix des huiles/matières grasses a augmenté de 5,6%, s’établissant à 278 points, proche du record de juin 2008, ce qui traduit un équilibre de plus en plus précaire de l’offre et de la demande dans tout le secteur des oléagineux.

L’Indice des prix des produits laitiers avoisinait les 221 points en janvier, soit 6,2% de plus qu’en décembre, mais toujours inférieur de 17% à son pic de novembre 2007. La demande ferme de produits laitiers a continué à soutenir les prix dans un contexte normal de fléchissement saisonnier de la production dans l’hémisphère sud.

L’Indice des prix du sucre a gagné 5,4 points en janvier, passant à 420. Les cours du sucre demeurent élevés sous l’effet du resserrement de l’offre mondiale.

En revanche, l’Indice des prix de la viande s’est stabilisé autour de 166 points, car le recul des prix de la viande en Europe, provoqué par une désaffection des consommateurs faisant suite à un scandale d’aliments pour animaux contaminés, a été compensé par une légère hausse des prix à l’exportation du Brésil et des Etats-Unis.

(Extrait sonore : Jacques Diouf, Directeur général de la FAO)

Classé sous L'info, Le journal direct.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...