Libye : les auteurs de violences devront rendre des comptes

Le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, condamne fermement et sans restriction les attaques menées contre les civils en Libye, mais aussi au Yémen et au Bahreïn. ''La violence doit cesser'', a-t-il martelé. La nature et l'importance de ces attaques contre les populations constituent selon lui des violations flagrantes des droits de l'homme et du droit humanitaire international. Il estime que les responsables devront en répondre devant la justice.

Des propos tenus à New York lors d’un point de presse avec les journalistes, alors que le Secrétaire général indique avoir écourté son voyage à Los Angeles en raison des différentes crises qui frappent plusieurs pays au Maghreb et au Moyen-Orient. A l’évidence la situation en Libye est celle qui retient le plus l’attention de Ban Ki-Moon. Une situation qualifiée d’imprévisible et à hauts risques. Une situation face à laquelle le monde a parlé d’une seule voix, notamment le Conseil de sécurité et la Ligue des Etats arbes afin que le gouvernement libyen assure la protection de son peuple, a rappelé le patron de l’ONU.

Aussi, pour Ban-Ki-moon, il importe que l’unité de la communauté internationale soit maintenue et que celle-ci agisse de concert pour assurer une transition rapide et pacifique. C’est pour cela qu’il est rentré précipitamment à New York où il a réuni ses principaux conseillers avant de s’entretenir au téléphone avec Amr Moussa, le Secrétaire général de la Ligue arabe.

Ban Ki-moon a enfin annoncé que Lynn Pascoe, son adjoint en charge des affaires politique se rendra dès jeudi en Egypte accompagnés par plusieurs hauts responsables notamment du Programme des Naitons Unies pour le développement et du Haut Commissariat aux droits de l’homme. De même ce week-end, son Conseiller spécial aux affaires politiques, Jamal Benomar, se rendra en Tunisie.

(Mise en perspective : Jérôme Longué)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...