Guinée-Bissau : le Conseil de sécurité pour un renforcement de l’Etat de droit

Le récent rapport du Secrétaire général des Nations Unies sur l'évolution de la situation en Guinée-Bissau et les activités du Bureau intégré de l'ONU pour la consolidation de la paix dans ce pays a été examiné ce 25 février au Conseil de sécurité.

Ce document, présenté aux quinze par Joseph Mutaboba, le Représentant spécial de Ban Ki-moon en Guinée-Bissau, passe en revue, entre autres, l’évolution de la situation politique dans ce pays, la réforme du secteur de la sécurité pour un état de droit, le trafic de stupéfiants, la criminalité organisée ainsi que la traite d’êtres humains. Cette réunion du Conseil s’est tenue en présence du Premier Ministre bissau-guinéen, Carlos Gomez Junior.

Dans son rapport, Ban Ki-moon a tenu à saluer le rôle important qu’ont joué les acteurs régionaux et internationaux en encourageant un dialogue constructif entre les dirigeants civils et militaires en Guinée-Bissau. Il se dit satisfait du lancement, le 14 décembre 2010, d’un processus préparatoire largement ouvert associant notamment le Parlement, les institutions gouvernementales, les institutions chargées de la défense et de la sécurité et des organisations de la société civile, qui devrait aboutir cette année à la convocation tant attendue de la conférence nationale.

Le Secrétaire général relève avec satisfaction les mesures initiales prises par des partenaires bilatéraux, en particulier l’Angola, pour aider la Guinée-Bissau à réorganiser, réformer et moderniser ses institutions de défense et de sécurité. Concernant la criminalité organisée, Ban Ki-moon se félicite de la signature du mémorandum d’accord sur la création d’une cellule de lutte contre ce fléau. Cela est, selon lui, une contribution essentielle au renforcement des moyens dont dispose la Guinée-Bissau pour combattre aussi le trafic de stupéfiants.

(Mise en perspective : Jean-Pierre Amisi Ramazani)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
18/10/2017
Loading the player ...