Femmes : Roselyne Bachelot farouchement opposée au relativisme culturel

Roselyne Bachelot est l'une des personnalités qui participent à la 55ème Commission de la condition de la femme réunie durant deux semaines au Siège de l'ONU. A l'occasion d'un passage éclair à New York, la Ministre française des solidarités et de la cohésion sociale a tenu à réaffirmer quelques fondamentaux de la politique française, notamment le refus d'accepter à l'échelle mondiale un relativisme en matière de parité et droits des femmes.

Roselyne Bachelot, Ministre des solidarités et de la cohésion sociale de la France

Lors de son intervention en séance plénière de la Commission, la ministre a appelé à la mise en œuvre de tous les droits des femmes, y compris en matière d’état civil propre, de santé sexuelle et reproductive et d’éducation affective et sexuelle. La cause que la France défend dépasse les frontières et les cultures, a-t-elle observé, refusant que l’on s’aventure à parler de relativisme culturel. Les femmes sont capables d’économie et de gouvernance domestique; pourquoi alors ne seraient-elles pas capables de s’occuper d’économie et de gouvernance tout court, a-t-elle demandé. Nous devons leur fournir un accès égal aux responsabilités et leur donner l’opportunité de réaliser leurs ambitions.

En France, a-t-elle poursuivi, il existe une convention interministérielle pour l’égalité entre les filles et les garçons qui vise à offrir une orientation scolaire proposant les choix les plus larges. Roselyne Bachelot a aussi indiqué que les entreprises françaises sont engagées dans la promotion de la mixité des métiers. L’égalité, ça s’affirme et ça s’apprend, a-t-elle martelé. La Ministre a souhaité que soit diffusée une culture de l’égalité en luttant notamment contre la violence faite aux femmes. La France a lancé un troisième plan de lutte contre cette violence qui comporte des volets sur les mariages forcés et les mutilations féminines, a-t-elle indiqué.

Une visite marathon également marquée par une rencontre avec Michelle Bachelet, la Directrice d’ONU-Femmes et l’animation d’une table ronde sur les violences de genre en milieu scolaire organisée par la France avec la participation active de CélineYoda Konkobo, Ministre burkinabè en charge de la promotion de la femme, et Aicha Bah Diallo, l’ancienne ministre guinéenne de l’éducation, qui dirige désormais le Forum des femmes éducatrices africaines.

(Interview : Roselyne Bachelot, Ministre des solidarités et de la cohésion sociale de la France; propos recueillis par Jérôme Longué)

Classé sous Femmes et enfants, Reportages.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
08/12/2017
Loading the player ...