Egypte : la sécurité des manifestants mise à rude épreuve

Les heurts se sont poursuivis entre partisans et opposants au président Hosni Moubarak jeudi aux abords de la place Tahrir dans le centre du Caire, à la veille d'une nouvelle grande journée de contestation en Egypte baptisée "jour du départ".

Des tirs à l’arme lourde ont retenti avant l’aube, jeudi, sur la place centrale du Caire où des milliers de manifestants réclament depuis des jours le départ du président Hosni Moubarak, tuant au moins 7 protestataires, selon l’un des organisateurs de la manifestation. Depuis les évènements se sont accélérés.

Mercredi les affrontements entre opposants et partisans du gouvernement Moubarak ont marqué un tournant inquiétant dans le soulèvement égyptien. La crise s’est aggravée presque immédiatement après que le président a rejeté les appels l’enjoignant à quitter le pouvoir et le pays. Dans un discours télévisé mardi soir, Hosni Moubarak s’était montré obstiné et avait déclaré qu’il mourrait sur le sol égyptien.

Mercredi soir, puis jeudi à l’aube, des tirs nourris d’armes automatiques et de puissants tirs à l’arme lourde ont commencé à résonner sur la place Tahrir et ont se sont poursuivis pendant près d’une heure….

Les Nations Unies par la voix de leur Secrétaire général, Ban Ki-moon, ont fermement condamné ces violences et exhorté le gouvernement égyptien à assurer pleinement la sécurité des manifestants.

(Mise en perspective de Maha Fayek; propos recueillis par Martial Assème)

Classé sous Dossiers, Le journal direct.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
12/12/2017
Loading the player ...