Éditon spéciale : une croissance plus verte pour lutter contre la pauvreté

Dans un nouveau rapport publié lundi, le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE) établit qu'investir 2 % du PIB mondial dans dix secteurs clés permettrait de mettre en œuvre la transition vers une économie verte caractérisée par de faibles émissions de carbone et l'utilisation efficace des ressources.

Vers une économie verte : Pour un développement durable et une éradication de la pauvreté  (PNUE)

Vers une économie verte : Pour un développement durable et une éradication de la pauvreté (PNUE)

Les dix secteurs que le rapport juge essentiels au verdissement de l’économie mondiale sont les suivants : agriculture, bâtiment, offre énergétique, pêche, foresterie, industrie, tourisme, transport, gestion des déchets et eau.

Selon cette étude, une économie verte est pertinente non seulement pour les économies plus développées mais elle constitue également un catalyseur essentiel de croissance et d’éradication de la pauvreté dans les pays en développement, où près de 90 % du PIB généré par les populations pauvres dépendent de la nature ou du capital naturel tel que les forêts et l’eau douce.

Soutenu par des politiques nationales et internationales soucieuses de l’avenir, cet investissement (environ 1,3 mille milliards de dollars par an en moyenne sur la base des chiffres actuels) permettrait à l’économie mondiale de connaître un taux de croissance à peu près égal, si ce n’est supérieur, aux prédictions des modèles économiques en vigueur.

Le document cite l’Inde dont le National Rural Employment Guarantee Act, un programme assurant au moins 100 jours de travail rémunéré aux ménages ruraux, investit plus de 80 % des 8 milliards de sa dotation dans des activités liées à la conservation de l’eau, l’irrigation et le développement foncier. Ce programme a généré trois milliards de jours de travail dont ont profité près de 60 millions de ménages.

Le Cambodge, l’Indonésie, les Philippines et le Vietnam perdent aujourd’hui 2 % de leur PIB combiné du fait des maladies d’origine hydrique dues à la mauvaise qualité de l’assainissement.

Le rapport Vers une économie verte : Pour un développement durable et une éradication de la pauvreté met également en avant les possibilités considérables que présenterait le découplage de la production de déchets de la croissance du PIB, y compris en termes de récupération et de recyclage.

(Extrait sonore : Christophe Bouvier, Directeur du Bureau européen du Programme des Nations Unies pour l’environnement ; propos recueillis par Alpha Diallo)


Classé sous L'info, Le journal direct.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...