Présidentielle ivoirienne : la CEI dément des cas de fraudes dans le nord du pays

La Commission électorale indépendante (CEI) a défendu un bilan positif lors de la tenue du second tour de la présidentielle ivoirienne, rejetant les allégations des pro-Gbagbo, relatives à des cas de fraudes et de violations des droits de l'homme dans le nord du pays.

Commission électorale de la Côte d'Ivoire
Commission électorale de la Côte d’Ivoire
«Les élections dans le nord se sont très bien passées. Nos superviseurs présents dans les zones où les élections ont été annulées par le Conseil constitutionnel, nous ont affirmé que le scrutin s’est déroulé dans la transparence et sans violation des droits de l’homme », a déclaré Coulibaly Gnenema, le vice-président de la CEI.

Concernant le non respect du délai de publication des résultats de la présidentielle, opposant le président sortant Laurent Gbagbo à l’ancien Premier ministre Alassane Ouattara, le vice-président de la Commission électorale, a indiqué qu’il n’existe aucune disposition légale faisant obligation à la CEI de communiquer le verdict des urnes trois jours après les élections. La mesure à laquelle se réfèrent les détracteurs de la CEI concerne les procès-verbaux, a souligné Coulibaly Gnenema.

S’agissant du choix du Golf hôtel, quartier général du candidat Alassane Ouattara, pour proclamer les résultats du second tour du scrutin, il a invoqué un climat sécuritaire non propice à l’annonce du verdict de l’élection au siège de la CEI.

(Extrait sonore : Coulibaly Gnenema, vice-président de la CEI ; propos recueillis par François Gombahi d’ONUCI-FM)

Classé sous L'info, Le journal direct.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...