OMM: 2010, année la plus chaude

L'OMM relève que l'année 2010 a été marquée par de nombreux phénomènes météorologiques extrêmes, comme la canicule en Russie, les inondations au Pakistan dues à une mousson particulièrement violente, ou encore plus récemment par les inondations au Brésil, au Sri Lanka et en Australie. Si les événements en Australie apparaissent liés à La Nina, les origines des autres catastrophes sont difficiles à établir.

L’année 2010 été la plus chaude jamais enregistrée, dépassant très légèrement 2005 et 1998. Ce qui confirme une « tendance significative du réchauffement climatique sur le long terme », indique l’Organisation météorologique mondiale (OMM).

Au cours d’une conférence de presse à Genève, le Secrétaire général de l’OMM a souligné que les températures en 2010 ont été de 0,53 degré plus élevées que les moyennes enregistrées entre 1961 et 1990.
Ces données ont été relevées en dépit d’un phénomène la Nina assez fort et l’année a été également marquée par de grandes disparités dans le monde.

Des régions comme l’Afrique ou encore l’ouest de l’Asie, le Groenland et le nord du Canada ont connu des températures exceptionnellement chaudes. En revanche, l’année a été plutôt fraîche dans le nord de l’Europe et le centre et l’est de l’Australie.

L’OMM insiste en effet sur la complexité des phénomènes climatiques, non sans avertir que « la tendance est à une augmentation de ces phénomènes” extrêmes, même si le nombre de décès qu’ils provoquent sont en baisse ».

(Mise en perspective d’Alpha Diallo, avec un extrait sonore de Michel Jarraud, Secrétaire général de l’Organisation météorologique mondiale)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...