L’OMS s’attaque aux résistances au traitement anti-paludique

« L'utilité de notre arme la plus efficace contre le paludisme est aujourd'hui menacée ». Cet avertissement est de la Directrice générale de l'Organisation mondiale de la santé qui a lancé ce mercredi à Genève un Plan mondial contre les résistances aux traitements du paludisme. Une résistance dont l'augmentation menace les progrès fait contre la maladie qui a tué près de 800.000 personnes en 2009. Dans ces conditions, Margaret Chan sonne l'alerte et exhorte à agir pour préserver les traitements anti-paludiques‎.

@OMS/S. Hollyman

@OMS/S. Hollyman

Le plan d’action de l’OMS comprend ainsi plusieurs volets visant notamment l’arrêt de la propagation des parasites résistants, l’augmentation du contrôle et de la surveillance de la résistance aux artémisinines et enfin l’amélioration de l’accès aux tests de diagnostic du paludisme et à un traitement rationnel par une association médicamenteuse comportant de l’artémisinine (ACT).

Les premiers cas de résistance à l’artémisinine, le médicament phare contre le paludisme, ont été confirmés par l’OMS en février 2009 à la frontière entre la Thaïlande et la Cambodge. En novembre dernier, l’OMS a indiqué qu’ils s’étendaient en Asie, où des premiers signes ont été relevés au Myanmar , Chine et Viet Nam.

Le dernier rapport mondial sur le paludisme notait que le nombre de cas a baissé de plus de 50% dans 43 pays au cours de la dernière décennie. Le nombre de morts attribuées à ce fléau a de même chuté de 985.000 en 2000 à 781.000 en 2009. Mais l’OMS prévient que ces progrès pourraient être remis en question si les ACT cessaient d’être efficaces.

Pour la mise œuvre de ce Plan, l’OMS souligne que 175 millions de dollars supplémentaires seront nécessaires. Pour le premier volet, l’OMS estime qu’il faudra débourser quelque 10 à 20 dollars par personne de plus dans les régions concernées.

Le Plan mondial pour prévenir la résistance aux artémisinines a été établi par le Programme mondial de lutte antipaludique de l’OMS en consultation avec plus de 100 experts du Partenariat Faire reculer le paludisme et financé par la Fondation Bill et Melinda Gates.

(Extrait sonore : Professeur Awa Coll-Seck, Directrice exécutive du Partenariat Faire reculer le paludisme ; propos recueillis par Alpha Diallo)


Classé sous L'info, Le journal direct, Santé.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
13/12/2017
Loading the player ...