Haïti/séisme : les enfants toujours dans le besoin un an après

Un an après le séisme dévastateur en Haïti, les quatre millions d'enfants haïtiens manquent toujours d'accès aux services de base comme l'eau et l'assainissement, les soins de santé et l'éducation, ainsi que la protection contre les maladies, l'exploitation et les mauvaises conditions sanitaires, indique un nouveau rapport du Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) publié vendredi.

Enfant en Haiti

Enfant en Haiti

« Ce sont surtout les enfants qui ont souffert et continuent de souffrir énormément des crises qui se sont succédé en 2010. Ils ne jouissent toujours pas pleinement de leurs droits à la survie, à la santé, à l’éducation et à la protection », a déclaré la Représentante de l’UNICEF en Haïti, Françoise Gruloos-Ackermans.

« Haïti connaît des problèmes institutionnels et systémiques importants, qui datent d’avant le séisme, et il faudra plus qu’une intervention d’urgence pour les résoudre. La nécessité n’en est que plus évidente, pour des organismes comme l’UNICEF, d’élaborer et renforcer des interventions structurelles qui permettront de préparer convenablement le pays et ses habitants pour l’avenir », a-t-elle ajouté.

Malgré les efforts des Haïtiens et de la communauté internationale, plus d’un million de personnes dont environ 380.000 enfants vivent toujours dans des camps surpeuplés. L’accès à l’eau, l’assainissement et l’hygiène représentent un défi décisif. Avant le séisme, seulement 19% de la population avait accès à des installations sanitaires de base contre 29% en 1990.

Afin de pallier ce manque, l’UNICEF a fourni cette année plus de 11.300 latrines bénéficiant à plus de 800.000 personnes. Immédiatement après le séisme, l’UNICEF, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et d’autres partenaires ont mené des campagnes de vaccination d’urgence afin de vacciner plus 2 millions d’enfants contre des maladies comme la polio, la diphtérie et la rougeole. La distribution de 360.000 moustiquaires imprégnées d’insecticide a permis de toucher plus de 163.000 ménages dans les régions côtières du sud où le paludisme est endémique.

Au plus fort des interventions d’urgence, l’UNICEF et ses partenaires faisaient parvenir quotidiennement par camion une moyenne de 8,3 millions de litres d’eau salubre destinés à plus de 680.000 personnes. Compte tenu de l’épidémie de choléra actuelle, l’UNICEF achemine actuellement plus de 10,9 tonnes de chlore et 45 millions de tablettes de purification de l’eau pour que plus de 3 millions de personnes puissent avoir de l’eau salubre dans la capitale et les villes avoisinantes. Sur la protection des enfants, 4.948 enfants ont été pris en charge et 1.265 d’entre eux ont pu retrouver leur famille. Concernant l’éducation, plus de 720.000 enfants ont pu reprendre le chemin de l’école.

« Nous avons obtenu des résultats au cours de l’année écoulée, mais des lacunes importantes demeurent et il faut en faire beaucoup plus, en collaboration avec les Nations Unies, les organisations non-gouvernementales, le secteur privé, la société civile et les partenaires gouvernementaux afin que nous puissions respecter nos engagements envers les femmes et les enfants, notamment celui de remédier à la situation de ceux qui ont été déplacés par le séisme ou de ceux qui vivent dans des zones rurales reculées et de répondre à leurs besoins quotidiens », a expliqué la Représentante de l’UNICEF en Haïti.

« Les enfants d’Haïti ont le droit, en grandissant, de recevoir une éducation, une bonne nutrition, de l’eau potable et un assainissement sûr – et nous sommes convaincus que si on les appuie et qu’on s’y engage, il est possible de planter les graines du relèvement et du développement et d’atteindre ces objectifs », a-t-elle conclu.

L’épidémie de choléra continue de menacer plus de 2,2 millions d’écoliers à cause du manque d’installations d’infrastructures d’eau et d’assainissement, a souligné vendredi par communiqué de presse le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA). Les agences de l’ONU et leurs partenaires prévoient de fournir à plus de 10.000 écoles un kit de prévention composé de savons, de tablettes de purification de l’eau et d’affiches de sensibilisation afin de limiter l’épidémie.

(Mise en perspective : Martial Assème)

Écouter /
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
18/10/2017
Loading the player ...