Haïti/Duvalier: "La justice doit suivre son cours," estime Michel Forst

L'Expert indépendant des Nations Unies sur la situation des droits de l'homme en Haïti, Michel Forst, a appelé mercredi la communauté internationale à « laisser la justice suivre son cours, rappelant que des procédures sont toujours ouvertes en Haïti à l'encontre de Jean-Claude Duvalier. »

Michel Forst

Michel Forst

« Au moment où la communauté internationale renforce son soutien à la restauration de l’état de droit en Haïti, un soutien sans faille à la lutte contre l’impunité des crimes les plus graves serait un bon signal à envoyer à la population et singulièrement aux victimes et aux familles des victimes », affirme l’Expert indépendant désigné par le Conseil des droits de l’homme pour surveiller et informer sur la situation des droits de l’homme en Haïti.

« Depuis 1986 et jusqu’en 2008, plusieurs actes de procédure ont été engagées par la justice Haïtienne pour crimes contre l’humanité, torture, crimes financiers, actes de forfaiture à l’encontre de Jean-Claude Duvalier qui justifieraient une arrestation, » a affirmé le juriste français après avoir appris que Jean-Claude Duvalier avait été inculpé ce mardi de corruption, détournements de fonds et association de malfaiteurs par la justice de son pays, qui l’a cependant laissé en liberté.

Michel Forst constate que l’article 466 du code d’instruction criminelle prévoit certes une prescription de dix ans, mais que cette prescription ne saurait s’appliquer aux crimes les plus graves comme la torture ou les crimes contre l’humanité.

(Interview : Michel Forst, Expert indépendant sur la situation des droits de l’homme en Haïti; propos recueillis par Alpha Diallo)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
14/12/2017
Loading the player ...