Haïti : l’ONU examine les possibilités de poursuivre Jean-Claude Duvalier

Le Haut Commissariat de l'ONU aux droits de l'homme examine actuellement les possibilités des autorités haïtiennes de poursuivre en justice l'ex Président haïtien Jean-Claude Duvalier. Après 25 ans d'exil en France, celui que les Haïtiens surnomment « Baby Doc », est revenu dimanche dernier à Port-au-Prince au moment où Haïti traverse une grave crise politique et sanitaire, un an après le séisme.

Jean Claude Duvalier "Baby Doc"

Jean Claude Duvalier "Baby Doc"

Selon Rupert Colville, porte-parole du Haut Commissariat de l’ONU aux droits de l’homme, le retour de Jean-Claude Duvalier dans son pays d’origine augmente la possibilité qu’il puisse être accusé d’atrocités commises durant son règne de quinze ans.

Au cours d’un point de presse à Genève, Rupert Colville a rappelé que ce retour de « Bébé Doc » à Haïti a fait resurgir toutes les questions le concernant ainsi que l’impunité et la responsabilité autour de lui. « Des questions importantes l’entourent telles qu’un nombre considérable de violations des droits de l’homme qui ont été commises en Haïti durant ses quinze ans de pouvoir, en particulier par les Tontons macoutes ou encore des actes de corruption », ajoute le porte-parole du Haut Commissariat de l’ONU aux droits de l’homme.

Toutefois, l’ONU note qu’il n’est pas encore clair si Haïti est en position d’arrêter et poursuivre Jean-Claude Duvalier pour quoi que ce soit à l’heure actuelle. « C’est quelque chose que nous étudions en ce moment », précise Rupert Colville qui reconnaît que des poursuites étaient en tout état de cause concevables.

Rupert Colville a par ailleurs souligné qu’il n’était pas encore déterminé s’il existait ou non des mandats d’arrestation en cours en Haïti. « Mais des experts onusiens se penchent également sur l’impunité dont semble avoir bénéficié M. Duvalier durant ses 25 ans d’exil », souligne-t-il.
En conclusion, le porte-parole du Haut Commissariat de l’ONU aux droits de l’homme note qu’il serait plus facile de porter des accusations contre Jean-Claude Duvalier en Haïti parce que les crimes allégués ont eu lieu dans ce pays, tout en se demandant toutefois si le système judiciaire fragile d’Haïti est en mesure de monter un dossier dans cette affaire.

(Mise en perspective d’Alpha Diallo, avec un extrait sonore de Rupert Colville, porte-parole du Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme)

Classé sous L'info, Le journal direct.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...