Haïti : la FAO aide les plus vulnérables à reconstruire leurs moyens de subsistance

Le 12 Janvier 2010, la République d'Haïti a été touchée par le tremblement de terre le plus fort des 200 dernières années. Le séisme, d'une magnitude de 7,3, a frappé la Province de l'Ouest - y compris la capitale, Port-au-Prince - provoquant d'importants dégâts dans les zones urbaines et rurales du sud et de l'ouest de pays, ainsi que des pertes massives en vies humaines.

Photo : FAO

Photo : FAO

Plus de la moitié de la population haïtienne – entre cinq et six millions de personnes – réside dans des zones rurales, et environ 80 pour cent de la population rurale pratique l’agriculture et l’élevage. Le secteur représente environ 26 pour cent de la production économique haïtienne, faisant ainsi de l’agriculture l’employeur le plus important du pays. Le séisme s’est avéré être une tragédie urbaine sans précédents, avec un impact national massif ; la destruction de la capitale et la désorganisation des infrastructures économiques ont sérieusement touché les zones rurales.

Haïti est le pays le plus pauvre de l’hémisphère occidental, il est fortement exposé aux catastrophes naturelles comme les ouragans et les tempêtes tropicales. Entre 1996 et 2010, Haïti a dû faire face à 15 catastrophes. Avant le tremblement de terre, le pays était considéré dans une situation de crise prolongée, avec 57 pour cent de la population sous-alimentée (FAO) et un niveau alarmant de l’Indice Global de la Faim qui se situe à 28 points (IFPRI).

Haïti se trouve actuellement face à trois situations d’urgence : en plus du séisme, une épidémie de cholera s’est récemment abattue sur la population et, depuis le 5 novembre, le pays a également été touché par l’ouragan Tomas. Alors que l’impact de l’ouragan s’est avéré moins grave par rapport aux prévisions, les inondations et les glissements de terrain ont créé des besoins humanitaires supplémentaires dans tout le pays. La Protection civile a constaté que pour les départements du Centre, du Nord-Ouest, du Nord et de Nippes, le secteur agricole a enregistré les plus lourdes pertes.

L’approche de la FAO en Haïti a l’objectif de fournir un appui pour soutenir les populations touchées dans les zones rurales, afin qu’elles puissent rétablir leurs moyens d’existence ; faciliter l’intégration et le rétablissement des populations déplacées ; et développer les interventions d’urgence en matière de sécurité alimentaire (en particulier la distribution d’intrants pendant les périodes de plantation), l’évaluation de la sécurité alimentaire, la coordination des interventions agricoles et la gestion des données concernant la sécurité alimentaire nationale.

(Extrait sonore: Etienne Peterschmitt, Coordonnateur principal du bureau d’urgence et de réhabilitation de la FAO en Haïti; propos recueillis par Florence Westergard)


LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
19/10/2017
Loading the player ...