Davos: Ban Ki-moon pour le respect de la liberté d'expression et de la justice internationale

Politisation du Tribunal spécial au Liban, nouvel appel à Laurent Gbagbo à respecter la volonté du peuple ivoirien et respect de la liberté d'expression en Egypte : ce sont entre autres sujets de préoccupation soulevés par le Secrétaire général de l'ONU au cours d'une conférence de presse ce vendredi à Davos, en Suisse. Ban Ki-moon a relevé que la situation en Côte d'Ivoire avait pris beaucoup de son temps et de son énergie à Davos. Le Chef de l'ONU souligne aussi suivre attentivement la situation au Moyen Orient, notamment en Tunisie, en Egypte et au Yémen.

Ban Ki-moon

Ban Ki-moon à Davos

Interrogé sur la situation en Egypte et au Moyen-Orient, le Secrétaire général de l’ONU a invité les autorités politiques de la région à considérer cette situation comme une opportunité à s’engager sur les moyens de répondre aux aspirations légitimes de leurs peuples. Sur le blocage de l’internet, Ban Ki-moon en a profité pour appeler Le Caire à respecter totalement liberté d’expression. Le Chef de l’ONU invite par ailleurs toutes les parties concernées ou les dirigeants du Moyen-Orient à s’assurer que la situation dans cette région, particulièrement en Egypte, ne doit pas et ne devra pas conduire à davantage de violence.

Même inquiétude sur le Liban et le Chef de l’ONU avertit que personne ou aucun pays ne doit faire obstacle au travail du Tribunal spécial pour le Liban (TSL). Selon Ban Ki-moon, le TSL est un processus judiciaire international indépendant. C’est pourquoi le travail de ce tribunal spécial devrait pouvoir continuer à se poursuivre. « Personne, aucun pays, ne devrait interférer ou faire obstruction dans le développement de ce processus judiciaire », prévient le Secrétaire général de l’ONU. Ban Ki-moon qui se dit très « préoccupé par la politisation de ce tribunal spécial, un tribunal qui n’est pas un sujet de politisation », espère que le peuple et le gouvernement libanais seront capables de restaurer la stabilité politique au Liban.

Concernant la Côte d’Ivoire, le Secrétaire général de l’ONU a exhorté une nouvelle fois Laurent Gbagbo, à respecter la volonté du peuple qui a choisi son rival Alassane Ouattara lors de la présidentielle de novembre. « J’appelle une nouvelle fois le camp de Gbagbo à respecter entièrement la volonté du peuple ivoirien », fait remarquer Ban Ki-moon, non sans rappeler que la situation en Côte d’Ivoire avait pris beaucoup de son temps et de son énergie à Davos, lors de rencontres avec des dirigeants africains, avant le sommet de l’Union africaine à Addis-Abeba. Mais le Chef de l’ONU se dit préoccupé par quelques différences d’opinion qui sont apparues au sein de l’Union africaine. « Je suis préoccupé parce quelques différences d’opinion apparaissent au sein de l’Union africaine, ce qui n’est pas “souhaitable », souligne Ban Ki-moon. Des signes de compréhension vis-à-vis de Laurent Gbagbo au moment où l’impasse politique perdure en Côte d’Ivoire. Et la situation en Côte d’Ivoire est d’ailleurs sur l’agenda du Secrétaire général de l’ONU à Addis-Abeba où se tient depuis jeudi le Sommet de l’Union africaine.

(Extrait sonore : Ban Ki-moon, Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies; mise en perspective d’Alpha Diallo à Genève)


LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
23/10/2017
Loading the player ...