Côte d'Ivoire : règlement pacifique de la crise postélectorale, l'espoir est permis

Le règlement de façon pacifique de la crise postélectorale ivoirienne est encore possible, a déclaré l'ancien Représentant spécial du Secrétaire général des Nations unies pour la Côte d'Ivoire.

Côte d\'IvoireLe Professeur Albert Tévoédjrê a engagé les protagonistes de la crise à respecter leurs engagements pris avant les élections pour permettre à une véritable démocratie de refaire surface en Côte d’Ivoire.

Sur la polémique née de la certification des résultats des élections par l’Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire (ONUCI), il estime qu’il n’ya pas d’ambiguïté sur cette question, d’autant plus que ce processus est l’émanation de la volonté des principaux acteurs de la scène politique ivoirienne.

S’agissant de l’éventualité d’un partage du pouvoir pour aider la Côte d’Ivoire à sortir de l’impasse politique, comme ce fut le cas au Kenya et au Zimbabwe, Albert Tévoédjrê se dit opposé à une telle initiative, soutenant que dans le cas ivoirien, les résultats de la présidentielle sont connus, et doivent par conséquent être respectés.

(Extrait sonore : Professeur Albert Tévoédjrê, ancien Représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU pour la Côte d’Ivoire ; propos recueillis par Lucie Attikpa-Tetegan d’ONUCI-FM)


LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...