Côte d’Ivoire : 247 morts depuis le début de la crise

Deux cent quarante-sept personnes sont mortes depuis la mi-décembre dans des violences en Côte d'Ivoire, dont 34 ont été tuées dans un conflit intercommunautaire dans l'Ouest de ce pays. Selon le Coordonnateur pour l'Afrique de l'Ouest du Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme, cette hausse est due notamment aux événements de Duékoué, ville située à quelque 500 kilomètres à l'ouest d'Abidjan, où 34 personnes sont mortes dans des violences interethniques début janvier.

Mutoy Mibiala évoque également les violences de ce début de semaine à Abidjan, dans le quartier d’Abobo, où au moins onze personnes ont été tuées. L’ONU signale également la disparition de 49 personnes.

Par ailleurs, le Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme redoute l’existence d’un troisième charnier en Côte d’Ivoire, après deux autres rapportés fin décembre, mais ces informations n’ont pas pu être vérifiées par l’ONU sur place. Selon Mutoy Mibiala, il y a eu des allégations sur un troisième charnier en Côte d’Ivoire dans un lieu nommé Issia, près de Daloa (centre-ouest).

« Mais pour le moment, il s’agit que d’allégations puisque l’ONU n’a pas été en mesure d’en vérifier l’existence jusqu’à présent », précise le Coordonnateur pour l’Afrique de l’Ouest du Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme. En effet, les équipes des Nations Unies ont été empêchées d’accéder aux lieux où auraient été commises ces atrocités et de procéder à des enquêtes.

En décembre dernier, des experts de l’ONU s’étaient dit « profondément préoccupés par les violations importantes des droits de l’homme (en Côte d’Ivoire) qui pourraient constituer des crimes contre l’humanité ».

(Extrait sonore : Mutoy Mibiala, Coordonnateur pour l’Afrique de l’Ouest du Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme; propos recueillis par Alpha Diallo)


LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
14/12/2017
Loading the player ...