Conférence du désarmement : les Etats-Unis regrettent l’impasse

Les Etats-Unis ont regretté, ce 27 janvier à Genève, l'impasse dans laquelle se trouve encore la Conférence du désarmement qui a entamé cette semaine ses travaux. La Secrétaire d'État adjointe au Bureau de contrôle et de vérification des armements des Etats-Unis a ainsi insisté sur la nécessité de parvenir rapidement à un accord sur le programme de travail de la session de 2011, comme l'y a invité le 26 janvier, le Secrétaire général de l'ONU.


Selon Rose Gottemoeller, il n’y a aucune bonne raison pour la stagnation que connaît la Conférence. « Et pourtant, depuis près de 15 ans, cette instance multilatérale n’a enregistré aucun progrès concret », regrette-t-elle. Pour Washington, attendre indéfiniment que la Conférence entame des négociations sur le Traité d’interdiction de la production de matières fissiles n’est pas une option viable et engage les Etats à des discussions sérieuses sur les autres sujets de préoccupation des membres de la Conférence. « S’ils ne parviennent pas à trouver le moyen d’entamer ces négociations, il faudra envisager d’autres options et les appels à explorer des alternatives n’ont pas manqué. Plus la Conférence du désarmement restera oisive, plus ces appels se feront assourdissants et persistants », fait remarquer Rose Gottemoeller. Selon la Secrétaire d’État adjointe, il faut maintenant agir, et agir vite. L’enjeu est important, car laisser dépérir la Conférence du désarmement ne servirait pas, à long terme, les intérêts de sécurité nationale. « Il est temps pour la Conférence du désarmement de se remettre au travail et de reprendre sa juste place dans les efforts pour contribuer à la paix et à la sécurité internationales », conclut-elle.



Le chef de l’ONU a évoqué le 26 janvier à Genève des menaces de crédibilité qui pèsent sur la Conférence du désarmement. Selon Ban Ki-Moon, l’impasse des discussions sur le contrôle du nucléaire accroît le risque de voir ce type d’armement tomber dans les mains des terroristes. Le Secrétaire général a constaté que le bilan des réussites auxquelles la Conférence est parvenue par le passé a été assombri par une inertie qui dure désormais depuis plus d’une décennie, ajoutant que la poursuite de l’inaction ne pourra que mettre son avenir en danger en tant qu’enceinte multilatérale de négociations.

(Extrait sonore: Rose Gottemoeller, Secrétaire d’État adjointe au Bureau de contrôle et de vérification des armements des Etats-Unis ; mise en perspective : Alpha Diallo)


Écouter /
Classé sous L'info, Maintien de la paix.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
23/10/2017
Loading the player ...