Conférence de presse de Ban Ki-moon : les priorités en 2011

Le Secrétaire général des Nations Unies s'est entretenu ce matin avec la presse à New York pour la toute première fois de cette année 2011. Son exposé d'introduction de cette rencontre a tourné autour de trois points, selon lui, prioritaires pour les Nations Unies cette année. Il s'agit du changement climatique et des Objectifs du millénaire pour le développement, de l'autonomisation des femmes avec l'entrée en fonction cette année de la nouvelle entité ONU-Femmes, et du renforcement interne de l'ONU. Il a aussi évoqué la situation en Côte d'Ivoire, en Haïti et au Soudan.

Ban Ki-moon

Au cours de cet entretien avec les medias, Ban Ki-moon a indiqué que l’accent sera mis cette année sur le développement durable. Cela à travers les préparatifs de la Conférence de Rio+20 et des progrès accomplis, selon lui, dans la lutte contre le changement climatique à travers notamment la conférence de Cancun, au Mexique.

A propos de la situation des femmes, Ban Ki-moon a déclaré que ONU-femmes doit être totalement opérationnelle et avoir des moyens conséquents pour améliorer la situation des femmes à travers le monde.

Et le Secrétaire général a mis l’accent sur l’importance de renforcer au niveau interne l’Organisation des Nations Unies. Cela permettra à l’ONU de demeurer une institution d’actions concrètes et efficaces.

Ban Ki-moon s’est aussi exprimé sur certains sujets brulants de l’heure. Il s’agit de la situation en Côte d’Ivoire, au Soudan et en Haïti.

Concernant la Côte d’Ivoire, « Les faits sont indiscutables sur le terrain. La Côte d’Ivoire a un Président légitimement élu. C’est Alassane Ouatara. L’ancien Chef de l’État Laurent Gbagbo, doit se retirer » a souligné le Secrétaire général. Ban Ki moon s’est dit profondément préoccupé par la détérioration de la situation. « Je lance un appel aux protagonistes d’exercer un maximum de retenue et je rappelle dans les termes les plus forts que ceux qui incitent ou commettent des actes de violence seront tenus responsables de leurs actes » a ajouté Ban Ki-moon. Le Secrétaire général a réaffirmé la détermination des Nations Unies de mener des patrouilles et de protéger les civils en Côte d’Ivoire, de protéger le gouvernement Ouattara et de mener des enquêtes sur des violations des droits de l’homme.

Abordant la situation en Haïti, un an après le tremblement de terre, Ban Ki-moon a constaté que la reconstruction est lente et que l’aide et les investissements internationaux ne sont jusque là pas à la hauteur des besoins des populations affectées.

Le Secrétaire général, tout en se réjouissant de déroulement sans incidents majeurs du referendum au Sud-Soudan, a indiqué que la Communauté internationale doit aider les Soudanais au Nord comme au Sud à forger leur destin commun. Il faut résoudre les questions de frontières, des mouvements des populations ainsi que du partage des ressources dans le cadre de l’Accord global de paix.

Le Secrétaire général qui a par ailleurs évoqué la situation en Tunisie. Une situation sur laquelle selon lui il importe d’être prudent. Cette déclaration a été faite après celle de la Haut Commissaire de l’ONU aux droits de l’homme, Navi Pillay, selon laquelle un groupe d’experts de l’ONU sur les droits de l’homme a exhorté ce 14 janvier le gouvernement tunisien à contrôler le recours à la force contre les manifestants pacifiques.

(Mise en perspective : Jean-Pierre Amisi Ramazani)


LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...