Blocus du Golf hôtel : une entrave à la libre circulation

La Commission nationale des droits de l'homme de Côte d'Ivoire (CNDHCI) a lancé un appel pressant au respect de la libre circulation des personnes et des biens, faisant allusion au blocus imposé au Golf hôtel où est retranché Alassane Ouattara depuis le début de la crise postélectorale.

Le Golf hôtel en côte d'Ivoire

Le Golf hôtel en côte d'Ivoire

« La circulation des personnes et des biens est mise à mal par le blocus qui entoure cet hôtel et aussi par le comportement des Forces armées des Forces nouvelles qui empêchent que des véhicules de ravitaillement arrivent vers le sud », a déclaré Victorine Wodie, la présidente de la CNDHCI.

Elle a aussi lancé un appel en direction des acteurs politiques, et plus particulièrement au Président sortant Laurent Gbagbo et à l’ancien Premier ministre Alassane Ouattara, les invitant à privilégier la voie du dialogue pour dénouer la crise politique actuelle mais aussi favoriser la cohésion sociale.

S’agissant des violences dans l’ouest du pays à la base des mouvements de déplacés, Victorine Wodie a dit être inquiète des répercussions de ces incidents sur la paix et l’unité nationale.

Le Conseil de sécurité de l’ONU a condamné lundi toutes les violences y compris celles perpétrées contre l’ONUCI. Les quinze qui ont aussi dénoncé le blocus du Golf hôtel où est retranché Alassane Ouattara, appelant à sa levée dans les plus brefs délais.

(Extrait sonore : Victorine Wodie, présidente de la Commission nationale des droits de l’homme de Côte d’Ivoire ; propos recueillis par Constant Mahilet d’ONUCI-FM)


LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
14/12/2017
Loading the player ...