Substances nuisibles à la santé : un Atlas sur la toxicomanie disponible

Afin de mieux prévenir et traiter les troubles de l'alcool et l'usage de drogues illicites, l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a lancé le premier rapport mondial sur les ressources actuellement utilisées pour répondre à ces préoccupations de santé.

Un centre de traitement pour toxicomane (Photo : OMS)

Un centre de traitement pour toxicomane (Photo : OMS)

L’Atlas sur la toxicomanie: ressources pour la prévention et le traitement des troubles liés aux substances a recueilli des informations provenant de 147 pays, représentant 88% de la population mondiale.

Le rapport analyse les questions telles que les niveaux de financement du gouvernement, la dotation, les politiques, la législation et de l’information, précisant les mesures qui répondent aux besoins de santé pour les personnes souffrant de troubles de toxicomanie, et les lacunes et les défis mettant en évidence.

Beaucoup plus de personnes souffrent de troubles liés à l’alcool par rapport à des troubles de consommation de drogues, et les deux types sont plus fréquents chez les hommes que les femmes.

L’alcool provoque la plus forte demande pour le traitement des troubles liés aux substances dans la plupart des régions de l’OMS de la Région des Amériques, où la demande de traitement est principalement pour les troubles de l’usage de cocaïne.

L’atlas essaie de comprendre l’ampleur et les motifs des lacunes dans le traitement de la toxicomanie. Une pénurie de ressources est une raison claire pour les lacunes. Plus d’efforts sont nécessaires pour recueillir des données sur les services de traitement aux services.

Les gouvernements doivent investir financièrement et consacrer la dotation en personnel et autres ressources pour fournir des services efficaces pour prévenir et traiter les troubles de toxicomanie.

L’Atlas est la dernière d’une série d’outils élaborés par l’OMS pour améliorer la prévention et le traitement de la toxicomanie et d’autres troubles mentaux et neurologiques dans les pays en développement. Ces outils font partie du Programme d’action de l’OMS pour la santé mentale.

L’alcool et la consommation de drogues illicites comptent pour 5,4% de la charge mondiale de morbidité annuelle, avec le tabac responsable de 3,7%.

(Extrait sonore : Docteur Alexandra Fleischmann, experte de l’OMS ; propos recueillis par Jean-Pierre Amisi Ramazani)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...