ONUCI-FM : à l'épreuve de la crise politique ivoirienne

Alors que la Côte d'Ivoire s'enfonce dans une crise politique sans précédent au lendemain du second tour de l'élection présidentielle qui a opposé le président sortant Laurent Gbagbo et l'ancien Premier ministre Alassane Ouattara, ONUCI-FM, la radio de l'ONU dans ce pays continue d'émettre bon gré mal gré.

Présente dans le paysage audio-visuel ivoirien depuis 2004, la Radio des Nations Unies en Côte d’Ivoire dispose d’une vingtaine d’émetteurs lui permettant de diffuser ses programmes tant à Abidjan, la capitale économique du pays, que sur l’ensemble du territoire.

« Pendant le weekend, notre fréquence d’Abidjan a subi des interférences et a été visitée par des émissions de la Radiodiffusion télévision ivoirienne (RTI). Nous avons donc pris des mesures pour contourner ces tentatives de piraterie de notre fréquence », a indiqué Sylvain Semilinko, le directeur d’ONUCI-FM.

Le travail d’ONUCI-FM a été rendu difficile ces derniers jours par l’impasse politique ainsi que le couvre-feu, instauré par l’armée ivoirienne de 19h à 6 h du matin, qui limitent les déplacements des journalistes. « Les difficultés se sont accrues depuis que le Représentant spécial du Secrétaire général pour la Côte d’Ivoire a certifié les résultats de la Commission électorale indépendante (CEI) donnant Alassane Ouattara vainqueur de l’élection présidentielle », a expliqué Sylvain Semilinko. Depuis lors, le personnel de la radio a du mal à se déplacer ; aussi ONUCI-FM fonctionne en équipe réduite, a-t-il poursuivi.

S’agissant de la couverture de l’actualité nationale, le chef d’ONUCI-FM assure que la radio reste attachée au respect de l’équilibre de l’information. Toutefois, depuis l’éclatement de cette crise, La majorité présidentielle (LMP) formation du président sortant Laurent Gbagbo refuse d’accorder des interviews à ONUCI-FM.
Depuis samedi dernier, la Côte d’Ivoire a deux présidents dont l’un est adoubé par les Nations Unies ainsi que l’ensemble de la communauté internationale. Lui c’est Alassane Ouattara qu’a déclaré vainqueur du scrutin, la Commission électorale indépendante. Une décision invalidée par le Conseil constitutionnel au profit du président sortant Laurent Gbagbo, qu’il a reconduit dans ses fonctions.

(Extrait sonore : Sylvain Semilinko, Directeur d’ONUCI-FM ; propos recueillis par Martial Assèm

Classé sous Dossiers, Le journal direct.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
23/10/2017
Loading the player ...