Tuberculose: le nombre de nouveaux cas reste stable

Le nombre de nouveaux cas de tuberculose reste stable dans le monde bien que cette maladie reste une des principales causes de mortalité, selon un rapport publié jeudi par l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Le rapport relève toutefois des progrès réalisés au Brésil, en Chine, en Inde, au Cambodge, en Tanzanie et en Ouganda.

Un enfant atteint de tuberculose.

Dans son rapport annuel sur la tuberculose, l’OMS estime que 9,4 millions de personnes l’ont contractée en 2009, soit comme en 2008, tandis que 1,7 million en sont mortes, chiffre qui continue de faire de la maladie une des principales causes de mortalité dans le monde.

“L’incidence (nouveaux cas) de la tuberculose chute ou est stable dans 22 des pays à forte charge de morbidité, sauf en Afrique du Sud”, a indiqué un des auteurs du rapport annuel de l’OMS, Philippe Glaziou. Dans une conférence de presse, il a précisé que le taux de mortalité lié à la maladie avait chuté de 50% en Chine en dix ans.

Des progrès ont également été réalisés en Inde, pays avec la plus forte charge de morbidité (personnes souffrant d’une maladie donnée pendant un temps donné) avec deux millions de nouveaux cas chaque année, selon l’OMS. “L’Inde est le pays qui a connu l’amélioration la plus spectaculaire” grâce à une forte extension de la couverture des services de santé sur une grande partie du territoire, a relevé le docteur Mario Raviglione, qui dirige le service de lutte contre la tuberculose de l’OMS. Mais l’Inde fait encore face à plusieurs défis, a-t-il expliqué. Selon l’OMS, ce pays a enregistré en 2009 quelque 100.000 nouveaux cas de tuberculoses pharmaco-résistantes (des souches résistantes aux médicaments) mais seulement 1.000 d’entre eux ont été détectés. Or une détection rapide est très importante, car les personnes atteintes peuvent guérir et ne plus devenir contagieuses, selon l’OMS.

L’OMS s’efforce de réduire de moitié la mortalité et la prévalence (nombre total de cas) d’ici à 2015. Elle a averti que le rythme des progrès dans la lutte contre la tuberculose est trop lent pour espérer éliminer complètement cette maladie.

(Extrait sonore : Docteur Philippe Glaziou, Épidémiologiste au Département Halte à la Tuberculose de l’OMS; propos recueillis par Alpha Diallo)


LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
13/12/2017
Loading the player ...