Sud-Soudan : grand débat au Conseil autour du referendum d'autodétermination

Le Conseil de sécurité s'est réuni ce 16 novembre à New York pour faire le point des préparatifs du referendum sur d'autodétermination du Sud-Soudan et le statut d'Abyei prévu le 9 janvier 2011.

Baraza la usalama la UM
Conseil de sécurité

Cette importante rencontre au niveau ministériel a été présidée par le Secrétaire d’État britannique aux affaires étrangères, William Hague, et a connu la participation, entres autres, de Ban Ki-moon, du Ministre des affaires étrangères du Soudan, Ali Ahmed Karti, du Secrétaire général du SPLM, le mouvement de libération du Sud-Soudan, Pagan Amum ainsi que de la Secrétaire d’Etat américaine, Hillary Clinton.

Ouvrant cette réunion, William Hague, le Secrétaire d’État britannique aux affaires étrangères et président du Conseil, a déclaré qu’alors qu’on s’approche de la phase finale de l’Accord de paix global au Soudan, le Conseil de sécurité ne devrait pas ignorer les risques contre la paix qui pointent à l’horizon. Il est vital, selon lui, que la Communauté internationale demeure unie et ferme dans son soutien à l’accord de paix global au Soudan. « Un Soudan stable permettra le renforcement de la sécurité et de la prospérité dans la région » a-t-il ajouté. Le Président du Conseil de sécurité a reconnu que des progrès significatifs ont été accomplis par la promotion du dialogue entres les parties en présence. Il a demandé à la communauté internationale d’encourager la tenue du referendum au Sud-Soudan dans les délais prévus et dans le calme.

De son côté, le Secrétaire général des Nations Unies a indiqué qu’il est impératif que le processus du referendum soit crédible et transparent et qu’il reflète les aspirations de la population. Pour y parvenir, Ban Ki-moon a formulé une demande au Conseil de sécurité. Il s’agit tout d’abord, d’encourager le gouvernement et les mouvements à être flexibles étant donné que le Médiateur en chef travaille avec eux pour parvenir aux compromis. Ensuite, encourager les mouvements qui sont en dehors du processus de s’engager et de démontrer, à travers des actions concrètes, leur engagement en faveur du processus de paix. Le rôle des Nations Unies est primordial dans ce referendum, a-t-il ajouté.

(Extrait sonore : Ban Ki-moon, Secrétaire général des Nations Unies; mise en perspective : Jean-Pierre Amisi Ramazani)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
18/10/2017
Loading the player ...