Stopper la polio en Afrique : une chance à saisir

l'Afrique se mobilise pour saisir une opportunité sans précédent d'éliminer la polio en lançant une campagne de vaccination synchronisée dans 15 pays d'Afrique. Le but est de vacciner 72 millions d'enfants et de capitaliser sur les résultats déjà atteints cette année.

Un total de 290,000 vaccinateurs se mobilise pour aller de porte à porte donner deux gouttes du vaccin oral de la polio à chaque enfant dans les zones considérées à haut risque de transmission du virus de la polio.

Les dirigeants africains ont fait montre d’un engagement et d’une coopération sans précédent pour mener à bien, en 2009 et en mars et avril 2010, une série d’activités de vaccination synchronisées suite à la propagation de la maladie du Nigéria à 24 pays en Afrique de l’ouest et du centre et dans la Corne de l’Afrique. Ces campagnes de vaccination ont eu pour résultat direct de réduire significativement l’épidémie de polio. En Afrique de l’ouest et du centre, seuls le Libéria et le Mali ont enregistré des cas dans les cinq derniers mois et le Nigéria, seul pays en Afrique a n’avoir jamais réussi à stopper la transmission du virus, a diminué le nombre de cas de 98 pour cent en un an.

Toutefois, ces dernières semaines ont montré les risques réels de ne pas éradiquer complètement le virus. En septembre, un cas a confirmé une transmission résiduelle du virus au Libéria, un cas importé de virus de type 3 a été enregistré au Mali (le premier depuis 2001) et un cas a également été enregistré en Ouganda qui était exempt de polio depuis plus d’un an. Dans tous les pays, des évaluations rapides sont conduites pour formuler des plans de réponse d’urgence consistant notamment à organiser deux tours supplémentaires de rattrapage. Tous les pays d’Afrique de l’ouest vont également organiser deux campagnes en février et mars 2011, mais les campagnes de qualité doivent être complétées par un renforcement de la vaccination de routine et de la surveillance épidémiologique.

La propagation de l’épidémie en Angola aux provinces avoisinantes de la République démocratique du Congo fait de ces deux pays la plus grave menace en matière de polio en Afrique, avec 55 des 64 cas enregistrés en Afrique au 22 octobre. Toutefois, le virus de la RD Congo reste circonscrit géographiquement et en Angola, les mesures prises par le Gouvernement fédéral pour palier aux lacunes de la couverture vaccinale – notamment la récente campagne du 1er octobre a permis de réduire le nombre d’enfants manqués de près de 30% à 13% dans le réservoir principal de Luanda et de 15%à 8% au plan national.

Le Directeur régional pour l’Afrique de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Dr Luis G. Sambo, a reconnu les mesures prises récemment par l’Angola et la RD Congo pour palier aux lacunes de la couverture vaccinale, et notamment les efforts du Ministre angolais de la santé vaccinant lui-même les enfants dans les rues de Luanda pendant la champagne d’octobre. “En Afrique,” a déclaré Dr Sambo, “nous voyons que le soutien du gouvernement peut faire la différence entre le succès et l’échec. Mais beaucoup reste encore à accomplir pour combler les lacunes et consolider les progrès époustouflants faits cette année.”

“Nous sommes à la croisée des chemins,” a déclaré le Directeur régional de l’UNICEF pour l’Afrique de l’ouest et du centre, Dr. Gianfranco Rotigliano. “Les dirigeants politiques à travers l’Afrique ont répondu au défi que pose cette maladie effrayante et nous sommes témoins des résultats accomplis. Cela démontre ce qui peut être accompli face à une question de santé publique si importante grâce au leadership et à un partenariat dynamique et au soutien des donateurs. Nous devons continuer ces efforts de vaccination et mettre les besoins des enfants d’Afrique au premier plan.”

Interview : Gaëlle Bausson, Porte-Parole du Bureau de l’UNICEF en Afrique de l’Ouest et Centrale ; propos recueillis par Alpha Diallo


LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...