Innondations et sécheresse : Le Bénin et Djibouti ont besoin d’aide

L'ONU a lancé, ce mercredi à Genève, un appel de fonds d'urgence pour un montant de 46,8 millions de dollars pour venir en aide aux centaines de milliers de sinistrés des inondations au Bénin. Les Nations Unies ont également lancé un autre appel de près de 39 millions de dollars pour Djibouti confronté depuis plusieurs années à une grave sécheresse endémique qui affecte plus de 120 000 personnes.

sécheresse à Djibouti et inondations au Bénin
sécheresse à Djibouti et inondations au Bénin

Au Bénin, les fonds recueillis permettront d’offrir une aide alimentaire à 250.000 personnes, qui recevront également un soutien dans leurs activités agricoles, tandis que 680.000 recevront des soins de santé et un meilleur accès à l’eau potable, hygiène et assainissement.

Le Bénin a été largement inondé durant cette saison des pluies en raison d’averses diluviennes qui ont provoqué des crues des fleuves Niger et Ouémé ainsi que de leurs affluents. Selon l’ONU, ces intempéries ont causé la destruction d’écoles, hôpitaux et autres infrastructures, ainsi que celles de 128.000 hectares de terres agricoles et de 12.000 mètres cubes de réserves alimentaires. Au moins 43 morts ont été recensés.

Pour Djibouti, les 39,9 millions de dollars permettront de venir en aide à 120.000 personnes qui souffrent de la sécheresse dans ce pays de la Corne de l’Afrique depuis 2005.

Après ces années de sécheresse chronique, environ 25.000 enfants de moins de cinq ans souffrent de malnutrition aiguë à Djibouti. La sécheresse qui affecte le nord de la Corne de l’Afrique, à l’est du continent, détruit les récoltes et décime les troupeaux. Dans un communiqué, la Secrétaire générale adjointe aux Affaires humanitaires de l’ONU et Coordonnatrice des secours d’urgence rappelle que des années successives de sécheresse ont dévasté les moyens de subsistance des populations dans les régions rurales de Djibouti. « En raison des prix élevés des denrées alimentaires et d’un pouvoir d’achat réduit, trop de gens sont incapables de nourrir leurs familles », avertit Valerie Amos.

(Extrait sonore : Elisabeth Byrs, Porte-parole du Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l’ONU ; Propos recueillis par Alpha Diallo)

Classé sous L'info, Le journal direct.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
17/10/2017
Loading the player ...