Haïti: le choléra, source de colère contre l’ONU

La situation continue de se dégrader en Haïti, où des émeutes dirigées contre les Nations Unies ont éclaté dans plusieurs localités.

cholera à Haiti

cholera à Haiti

Des protestataires ont accusé un contingent des casques bleus népalais d’être à l’origine de la grave épidémie de choléra qui frappe le pays, échangeant des coups de feu avec des soldats de l’ONU lors d’affrontements qui se sont prolongés jusqu’à tard dans la nuit de lundi à mardi et ont fait au moins un mort.

Un manifestant a été tué par balles par un militaire des Nations Unies lors d’un échange de tirs à Quartier-Morin, près de Cap-Haïtien, la deuxième ville du pays. La Mission des Nations Unies a précisé qu’elle avait ouvert une enquête sur la fusillade mais a affirmé que le casque bleu avait agi en état de légitime défense.

La force onusienne, composée de 12.000 hommes, a rapporté qu’au moins six employés de l’ONU avait été blessés lors de manifestations qui ont dégénéré dans la commune de Hinche, tandis que Radio Metropole a fait état de 12 Haïtiens blessés à Cap-Haïtien.

Les manifestations ont semble-t-il commencé à Cap-Haïtien tôt lundi, avant de paralyser la majeure partie du nord du pays dans les heures qui ont suivi.

L’épidémie de choléra a déjà fait près de 1.000 morts en Haïti depuis son apparition il y a trois semaines et plus de 14.600 personnes ont été hospitalisées. Certains soupçonnent la base de l’ONU d’être la source de la maladie.

La mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (MINUSTAH) a estimé que les actions de protestation avaient un motif politique, les liant à la présidentielle prévue le 28 novembre prochain.

(Extrait sonore : Vincenzo Pugliese, Porte-parole de la Mission des Nations Unies en Haiti (MINUSTAH); propos recueillis par Maha Fayek)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
16/10/2017
Loading the player ...