Election guinéenne : Ban Ki-moon en faveur d’une campagne pacifique

Le Secrétaire général de l'ONU s'est dit mercredi satisfait du consensus obtenu par les parties guinéennes permettant la tenue du second tour de l'élection présidentielle le 7 novembre prochain.

Carte Guinée

Carte Guinée

Ban Ki-moon a appelé tous les acteurs impliqués dans le processus électoral à s’assurer que cette date soit maintenue et à ce que soient établies des conditions propices au bon déroulement du scrutin.

« Le Secrétaire général exhorte les candidats à respecter leurs engagements à mener une campagne pacifique et à respecter le résultat des élections. Il encourage tous les Guinéens à participer au vote », a dit son porte-parole dans une déclaration.
« Le Secrétaire général reste préoccupé par les violences et les intimidations qui ont donné suite, ces derniers jours, à des déplacements de population dans certaines régions de la Guinée. Il exhorte les dirigeants nationaux et locaux, ainsi que tous les citoyens, à éviter tout acte ou déclaration pouvant inciter à la violence ou à des abus des droits de l’homme », a-t-il ajouté.

Ban Ki-moon met en garde contre toute utilisation à des fins politiques de facteurs ethniques, religieux ou autres pouvant semer la discorde et rappelle que toute personne impliquée dans l’incitation à la violence ou le non respect des droits de l’homme doit en être tenue responsable. « Le gouvernement de transition a la responsabilité de protéger et d’assurer la sécurité de tous les Guinéens, quelle que soit leur origine ethnique ou leur affiliation politique ou religieuse », a souligné son porte-parole.

Le Secrétaire général réitère que le système des Nations Unies dans son ensemble reste disposé à soutenir la Guinée tout au long de ce processus électoral historique, ainsi qu’au lendemain du vote, pour aider à consolider la paix et le développement dans le pays.

Les autorités guinéennes ont décidé la semaine dernière d’organiser le second tour de l’élection présidentielle le 7 novembre, une décision qui avait été déjà saluée par le Représentant spécial de l’ONU pour l’Afrique de l’Ouest, Saïd Djinnit.

Le deuxième tour de l’élection présidentielle, opposant l’ex-Premier ministre Cellou Dalein Diallo à l’opposant historique Alpha Condé, était initialement prévu le 19 septembre, mais avait été reporté au 24 octobre, puis finalement au 7 novembre. A plusieurs reprises, la Cour électorale nationale indépendante (CENI) a évoqué des difficultés techniques pour expliquer ces reports.

(Mise en perspective : Martial Assème)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
18/12/2017
Loading the player ...