Ahmed Djoghlaf : Nagoya, un tournant dans la préservation de la biodiversité

La ville japonaise de Nagoya a accueilli du 19 au 29 octobre 2010 la dixième Conférence des parties à la Convention des Nations Unies sur la diversité biologique (COP10). L'événement qui a rassemblé près de 18 000 personnes, a permis d'adopter une série d'accords et de mesures fondamentaux pour l'avenir de la biodiversité. Il faut dire qu'il y avait urgence, tant la perte de la diversité biologique se fait à un rythme sans précédent.

La Conférence s’est ainsi accordée, entre autres, sur l’adoption d’un plan stratégique décennal, sur son financement et surtout sur un protocole relatif à l’accès et au partage des bénéfices des ressources génétiques.

Après quelques jours de réflexion, Ahmed Djoghlaf, le Secrétaire exécutif de la Convention des Nations Unies sur la diversité biologique est revenu, au micro de la Radio des Nations Unies, sur les temps forts de la conférence, les enjeux qu’il a fallu relever, mais aussi les défis auxquels la communauté internationale est encore confrontée. Il évoque également l’objectif visant à rendre universelle la Convention. Or, seule la ratification de l’instrument juridique par les États-Unis permettra de réaliser un tel objectif.

Edition spéciale préparée par Jérôme Longué et Cristina Silveiro


LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
23/10/2017
Loading the player ...